Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

DESPENTES, Virginie

23 Avril 2007 , Rédigé par Placebo Wordz, Paroles et traductions Publié dans #WHO'S WHO INDIVIDUEL - Placebo

 

DESPENTES, Virginie
WHO'S WHO ?
PLACEBO

DESPENTES, Virginie ECRIVAIN

française au style plutôt trash et dont les œuvres, plusieurs fois adaptées au cinéma (comme Baise-moi qu’elle co-réalise ou Les Jolies Choses) ont souvent fait scandale.

Elle signe l’adaptation en français du texte de Protect Me From What I Want, qui devient Protège Moi à la demande de Brian Molko qu’elle avait rencontré par l’intermédiaire de la maison de disque du groupe.

De quoi parle la chanson selon toi ?

Pour moi, ça parle d’énormément de choses, des relations humaines. J’adore le refrain "protect me from what I want" ("protège-moi de mes désirs"). En ce moment j’écris un article sur Hubert Selby, et je retrouve dans Protège-moi la compulsion qu’il y a dans ses romans, le Démon par exemple. Pour moi c’est une réflexion sur le couple. Quelqu’un qui demande à une plus haute autorité de les protéger de ce qu’il veut – ça peut être tout foutre en l’air, de le quitter, de tromper l’autre, de détruire l’histoire. Et je trouve que cette réflexion sur les difficultés de rester en couple résonne particulièrement aujourd’hui. Je crois que c’est une des raisons du succès un peu inattendu du bouquin de Justine Lévy. Les couples ont une duré de vie très limitée, comme tout d’ailleurs.

C’est une chanson qui te ressemble ?

Oui ça me correspond bien de demander à l’autre de me protéger d’une partie de moi-même. La partie la plus libre ou destructrice. Et puis l’impératif du refrain m’amusait. Il y avait une continuité cocasse, Protège-moi et après Baise-moi …
Ce n’est pas antithétique…
Pas du tout justement, c’est lié.

La traduction a-t-elle était compliquée ?

La chanson, qui au premier abord avait l’air évidente, s’est révélée assez complexe et subtile. Je pensais que j’allais faire ça en deux secondes, et en fait j’y ai beaucoup pensé. Il y a beaucoup de contraintes : faut que ça sonne, faut que ça rime. Il y avait aussi des expressions qui n’avaient aucun sens pour un français. Traduire mot à mot faisait perdre tout son sens. Je me suis donc projeté dans une histoire, celle de quelqu’un qui rentre d’une soirée, qui se sent seul.

Virginie Despentes, Inrocks, Edition spéciale, juin 2004


Source :
Les Inrockuptibles


Placebo Wordz, paroles et traductions


Retour Who's Who Placebo

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article