Protège Moi
(Sleeping With Ghosts)
Paroles
PLACEBO

Protège Moi - Placebo

Paroles Placebo - Adaptation Virginie Despentes




Protège Moi

C'est le malaise du moment
L'épidémie qui s'étend
La fête est finie, on descend
Les pensées qui glacent la raison
Paupières baissées, visages gris
Surgissent les fantômes de notre lit
On ouvre le loquet de la grille
Du taudis qu'on appelle maison

Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want...
Protect me, protect me

Protège-moi, protège-moi
Protège-moi, protège-moi
Protège-moi, protège-moi
Protège-moi, protège-moi...

Sommes-nous les jouets du destin
Souviens-toi des moments divins
Planant, éclatés, au matin
Et maintenant nous sommes tout seul
Perdus les rêves de s'aimer
Le temps où on avait rien fait
Il nous reste une vie pour pleurer
Et maintenant nous sommes tout seul

Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want...
Protect me, protect me

Protect me from what I want
(Protège-moi, protège-moi)
Protect me from what I want
(Protège-moi, protège-moi)
Protect me from what I want
(Protège-moi, protège-moi)
Protect me, protect me

Protège-moi, protège-moi
Protège-moi de mes désirs
Protège-moi, protège-moi


Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want...
Protect me, protect me

Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want...
Protect me, protect me

Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want...
Protect me, protect me

Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me from what I want
Protect me, protect me

Protège-moi



Remarque : C'est Simon Breed (le chanteur du groupe dans lequel jouait Steve Hewitt avant de rejoindre Placebo), qui joue de l'harmonica sur ce morceau.
 

Ce qu'en disent Brian Molko et Steve Hewitt :

Article en français

Sur "Protège moi", vous avez choisi de confier l'adaptation Française de "Protect Me From What I Want" à la romancière Virginie Despentes. Comment expliquez-vous ce choix ?
Brian : J'ai écrit cette chanson il y a environ quatre ans, juste à la fin de l'enregistrement de l'album Black Market Music. C'est une chanson assez sombre et douloureuse qui relate les souffrances d'une séparation éprouvante. Quand on a eu l'idée d'en faire une adaptation en francais notre choix s'est porté tout de suite sur Virginie. J'adore son style d'écriture. J'avais déja beaucoup apprécié "Les Jolies Choses" et "Baise Moi" , donc tout s'est déroulé spontanément. Je trouve d'ailleurs que son adaptation adhère parfaitement à l'univers de Placebo.

Brian Molko, Guitarist Mag n°167 mai 2004

Source : Guitarist Mag



Article en français
PLACEBO : "Protège-Moi"

Brian : Cette valse sonnait français quand on l’a enregistrée. Mi-allemand, mi-français. Ça faisait continental, européen, sûrement parce que c’est une valse. Cette chanson est une ballade. Elle nous met face à nos faiblesses. Elle nous montre comment on passe à coté de toute parcelle de bonheur présent. Lorsqu’on est détourné par nos faiblesses ou nos désirs, des désirs contradictoires. Comme beaucoup d’autres chansons, elle parle de confusions.

Steve : Et de pression sociale aussi.

Brian : C’est comme si on était enfermé dans une cage, se sentant coupable de détruire ce bonheur à chaque instant. On a travaillé avec Virginie Despentes sur la traduction, parce que c’est une amie, et qu’on préfère bosser avec des gens qu’on connaît plutôt qu’avec des étrangers. On s’est dit "on a besoin d’une traduction. Quel écrivain français connaît-on ?  Virginie !" On lui a proposé de le faire et elle à dit oui.


Brian Molko, Steve Hewitt, M6 Music, Mars 2004

Source : M6 Music



Article en anglais
“The most challenging thing we’ve done recently was for a French only release for a song called ‘Protect Me’ which was directed by a filmmaker called Gaspard Noe. He made a film called ‘Irreversible’, which was quite scandalous. And we can’t show it, because it is hard core porn…. But we love it. There’s nothing wrong with a bit of hardcore.”
Article en français
"La chose la plus provocante que nous ayons faite était pour une sortie française uniquement pour une chanson appellée 'Protège-Moi' qui a été réalisé par un réalisateur du nom de Gaspard Noe. Il a fait un film qui s'appelle 'Irreversible' qui était assez choquant. Et nous ne pouvons pas la montrer, parce que c'est du porno hardcore... Mais on l'adore. Il n'y a rien de mal à un peu de hardcore"

Brian Molko, Xfm Online 2004

Source : xfm.co.uk




Article en français
Pourquoi avoir sortie une version en français de « Protect Me from What I Want » ?

Brian Molko : C'est une valse, ce morceau. Il y avait donc cette ambiance un peu continentale, viennois, un peu européenne. Et les français que je connais à Londres trouvaient que ça sonnait français. Donc, c'était un truc franco-allemand. Mais on n'a pas fait de version teutonne. Quelques fois, quand je la chante, je me sens comme Edith Piaf. (Et Brian Molko d'imiter Edith Piaf)

Pourquoi avoir choisi de faire traduire ce titre par Virginie Despentes, auteur, entre autres, de Baise-moi, un livre et un film qui ont fait couler beaucoup d'encre en France ?

Brian Molko : Nous nous sommes rencontrés il y a plusieurs années par le biais d'amis communs et nous nous apprécions. C'est une artiste très trash, et c'est souvent ce que font ressortir les médias, mais on oublie parfois que c'est aussi un excellent écrivain. Pour nous, Virginie était la personne toute désignée. Elle n'avait jamais fait cela auparavant et, pour elle, c' était un défi. Mais quand on va en studio, autant le faire avec quelqu'un avec qui on s'entend bien.

Le parfum de scandale autour de Virginie Despentes vous attire ?

Brian Molko : En dépit de son image de lesbienne punk militante, c'est quelqu'un d'extrêmement posé. Mais, bien sûr, pour nous c'est aussi excitant de travailler avec une artiste par qui le scandale arrive, qui pousse les médias dans leurs retranchements, qui crée la controverse.

Brian Molko, Made in Paris, New'Zic n° 6 (mars/avril), 12 février 2004

Source : New'Zic



Article en français
Les Inrocks : Quel souvenir gardez-vous de votre collaboration avec Virginie Despentes et Gaspar Noé pour l’adaptation et la vidéo de Protège-moi, qui fut finalement interdite d’antenne ?
Brian Molko : Excellent ! Je connaissais déjà Virginie, nous avions des amis en commun. Dès qu’on a eu besoin de traduire quelque chose en français, on a pensé a elle. C’est une grande fan de musique, une écrivaine fantastique…Elle et Gaspar sont des gens qui repoussent sans cesse les limites de leur art, qui ne font pas de compromis. Dans Placebo, on ne peut pas toujours faire comme ça, du coup, notre collaboration nous a délivré un peu… C’était important de pouvoir être libres dans ce travail. Je suis choqué par toute cette censure autour des vidéos, c’est Hélène et les garçons ! Encore plus en Angleterre qu’en France.

Brian Molko, Les Inrockuptibles, Novembre 2004

Source : Les Inrockuptibles
Ce qu'en dit Virginie Despentes :
Article en français
De quoi parle la chanson selon toi ?

Pour moi, ça parle d’énormément de choses, des relations humaines. J’adore le refrain " protect me from what I want " (" protège-moi de mes désirs "). En ce moment j’écris un article sur Hubert Selby, et je retrouve dans Protège-moi la compulsion qu’il y a dans ses romans, le Démon par exemple. Pour moi c’est une réflexion sur le couple. Quelqu’un qui demande à une plus haute autorité de les protéger de ce qu’il veut – ça peut être tout foutre en l’air, de le quitter, de tromper l’autre, de détruire l’histoire. Et je trouve que cette réflexion sur les difficultés de rester en couple résonne particulièrement aujourd’hui. Je crois que c’est une des raisons du succès un peu inattendu du bouquin de Justine Lévy. Les couples ont une duré de vie très limitée, comme tout d’ailleurs.

C’est une chanson qui te ressemble ?

Oui ça me correspond bien de demander à l’autre de me protéger d’une partie de moi-même. La partie la plus libre ou destructrice. Et puis l’impératif du refrain m’amusait. Il y avait une continuité cocasse, Protège-moi et après Baise-moi …
Ce n’est pas antithétique…
Pas du tout justement, c’est lié.

La traduction a-t-elle était compliquée ?

La chanson, qui au premier abord avait l’air évidente, s’est révélée assez complexe et subtile. Je pensais que j’allais faire ça en deux secondes, et en fait j’y ai beaucoup pensé. Il y a beaucoup de contraintes : faut que ça sonne, faut que ça rime. Il y avait aussi des expressions qui n’avaient aucun sens pour un français. Traduire mot à mot faisait perdre tout son sens. Je me suis donc projeté dans une histoire, celle de quelqu’un qui rentre d’une soirée, qui se sent seul.

Virginie Despentes, Inrocks, Edition spéciale, juin 2004

Source :
Les Inrockuptibles



Retour OMWF Retour Sleeping With Ghosts

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

 
Par Placebo Wordz, Paroles et traductions - Ecrire un commentaire - Lire les 4 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés