Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Paroles et traduction de Black Eyed (Black Market Music)

5 Mai 2007 , Rédigé par Placebo Wordz, Paroles et traductions Publié dans #Black Market Music - Placebo

Black Eyed
(Black Market Music)
Paroles et traduction
PLACEBO


Black Eyed - Placebo

Paroles Placebo - Traduction Nad

Black Eyed

I was never faithful
And I was never one to trust
Borderlining schizo
And guaranteed to cause a fuss
I was never loyal
Except to my own pleasure zone
I'm forever black eyed
A product of a broken home

I was never faithful
And I was never one to trust
Borderline bipolar
Forever biting on your nuts
I was never grateful
That's why I spend my days alone
I'm forever black-eyed
A product of a broken home
Paria

Je n’ai jamais été fidèle
Et on n’a jamais pu me faire confiance
À la limite de la schizo
Et systématiquement le fauteur de trouble
Je n’ai jamais été loyal
Si ce n’est à mon propre plaisir
Je serai un paria à jamais
Le fruit d’un foyer brisé

Je n’ai jamais été fidèle
Et on n’a jamais pu me faire confiance
Limite maniaco-dépressif
L'éternel casse-couille
Je n’ai jamais été reconnaissant
C’est pour ça que je passe mes journées seul
Je serai un paria à jamais
Le fruit d’un foyer brisé


Annotations
Black Eyed est un terme qui est traduit de différentes façons. Littéralement, pas d'ambiguité : Black eyed signifie avoir l'oeil tuméfié, ou un oeil au beurre noir, comme on dit. L'expression veut également dire "avoir mauvaise réputation", ou encore "être frustré" par un événement. On a choisi, pour des raisons de cohérence, de garder le deuxième sens de l'expression (paria, avoir mauvaise réputation), bien que le troisième sens (frustré) puisse aussi coller.

Pleasure zone se traduit par "zone de plaisir". Ce qui peut être soit son sexe (comme les prestations scéniques de la chanson le laissent entendre) soit son point G.

Black-Eyed est la bande originale d'un film allemand, Engel & Joe.


Ce qu'en disent Brian Molko, Stefan Olsdal et Steve Hewitt :

Article en anglais

"It's quite a funny song", says Brian oddly. "It makes me smile. Everybody's going to think it's about me and it is quite autobiographical. But there's this american tendency to blame the fact you are fucked up emotionally on your parents and you reach a point in your life when you have to take responsibility for your actions."
[...]

"Each parent was trying to pull me in a different direction," he reflects, "neither of which I wanted to go in, so I was forced to think about who I was, what I wanted to be at a young age. In that way it was positive. I've kind of become everything my parents didn't want me to be."


Have they seen you play?
"Several times. In drag."
"They always seem impressed," Steve jests. "Maybe they always wanted a girl."

Article en français
"C'est une chanson assez drôle" dit Brian bizarrement. "Elle me fait sourire. Tout le monde va penser que c'est à propos de moi et c'est assez autobiographique. Mais il y a cette tendance américaine à blamer tes parents parce que tu es paumé émotionnellement, et tu arrives à un moment dans ta vie où tu dois prendre les responsabilités de tes actions."
[...]

"Chaque parent essayait de me tirer dans une direction différente", réfléchit-il, "je ne voulais aller dans aucune des deux, donc j'ai été obligé de réfléchir à qui j'étais, à ce que je voulais à un jeune âge. Dans ce sens, c'était positif. Je suis devenu en quelque sorte tout ce que mes parents ne voulaient pas que je sois.

Ils t'ont vu jouer?
"Plusieurs fois. En travesti."
"Ils ont toujours eu l'air impressionnés", plaisante Steve. "Peut-être ont-ils toujours voulu une fille."

Brian Molko, Steve Hewitt, Select - Août/Sept 2000

Source : placeboworld.co.uk



Article en anglais

"Has your mom heard 'Black Eyed', in which you sing, "I'm forever black-eyed, a product of a broken home"?
Molko: I don't talk about our music with my mother, but she is proud of me. I think the song would have more of an effect on my dad. He tried to dissuade me from pursuing any artistic endeavours whatsoever. He ignored me for most of my life, and then wanted to be my friend when success came along. I think he studies the songs more. And I think he probably gets the message.

That's an unusual way to communicate.
Olsdal: It's shit.
Molko: But that's dysfunctional families for you. And it made me the person I am today. The fact that my mother was extremely religious and my father was a businessman made me forge my own identity at a very young age.

What, did your dad expect you to go into banking and your mom expect you to become a minister?
Molko: You hit the nail right on the head. I was being primed for the ministry. My leadership qualities were recognized and I had private Bible studies with the pastor."


Article en français
Votre mère a-t'elle entendu "Black Eyed", dans laquelle vous chantez "Je serais un paria à jamais, le fruit d’un foyer brisé" ?
BM : Je ne parle pas de ma musique avec ma mère, mais elle est fière de moi. Je pense que la chanson aurait plus d’effet sur mon père. Il a essayé de me dissuader de poursuivre une carrière artistique quelle qu’elle soit. Il m’a ignoré presque toute ma vie, et puis il a voulu être mon ami quand le succès est venu. Je pense qu’il étudie plus les chansons. Et je pense qu’il a probablement reçu le message.

C’est un moyen de communication inhabituel.
SO : C’est de la merde.
BM : Mais c'est les familles dysfonctionnelles . Et ça a fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. Le fait que ma mère soit extrêmement religieuse et que mon père soit un homme d’affaires m’a contraint à forger ma propre identité très jeune.

Quoi, est-ce que ton père souhaitait que tu sois banquier et ta mère que tu deviennes prêtre ?
BM : Tu as mis dans le mille. J’étais préparé pour le séminaire. Mes qualités de meneur étaient reconnues, et j’avais des cours particuliers de catéchisme avec le pasteur.

Brian Molko, Stefan Olsdal, Alternative Press - août 2001

Source : placeboworld.co.uk



Article en français
Tu parles beaucoup de famille dans les textes de cet album: tu chantes notamment « I'm a product of a broken home »

C'est vrai, I'm a product of a broken home ! Il n'y a rien que j'aimerais changer en fait mais mon éducation a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Si les choses avaient été différentes, plus faciles, je n'aurais sans doute pas eu à me forger une identité si jeune. Lorsque les gens veulent faire de toi ceci ou cela, et que passé un certain moment tu as envie de dire "fuck you! I've got to be myself".

Pourquoi est-ce que ça revient particulièrement dans cet album ?

Ce n'est pas vraiment de ma famille dont je parle, Black Eyed parle d'un moment de ta vie où il faut que t'arrêtes de te plaindre d'être un raté, que tu as des problèmes avec tes parents, et où il faut prendre ses responsabilités : c'est ça devenir un adulte.


Brian Molko, Interview shamrock 2000

Source : esseclive.com



Article en français
"Gérard Lefort : Alors dans Black Eyed qu'on a entendu au début de l'émission y'a un mot qui revient tout le temps c'est " borderline ". Alors Borderline c'est un peu dur à traduire en français, ça veut dire frontalier, entre deux eaux, entre deux choses, entre deux sentiments, entre deux genres, entres deux drogues, entre deux sexes, je sais pas. Mais on a l'impression que…

Brian Molko : C'est aussi Madonna, hein. (rires)

Gérard Lefort : Ah bon ? (rires)

Brian Molko : C'est aussi une chanson de Madonna.

Gérard Lefort : (rires). D'accord, oui. On a l'impression que vous dites ça, "oui on est borderline, je suis borderline, je suis entre deux voire plusieurs choses", mais on a l'impression que vous tenez pas du tout à en faire un héroïsme.

Brian Molko : Non. C'est seulement qui je suis. Y'a beaucoup qui a été écrit sur, sur, sur beaucoup d'aspect du groupe, nos sexualités, nos, notre récré, ce qu'on fait quand on bosse pas, euhm, ça fascine les gens. Et ça me rend un p'tit peu confus des fois parce que je pense que euhm, certains journalistes doivent avoir des vies aussi vides qu'ils soient si fascinés avec la vie des autres. Et ces jours-ci, tu peux même pas péter en public avant que ça soit sur Internet une demi-heure plus tard. (rires de Gérard Lefort). Alors on vit vraiment dans une culture étrange. Euhm, voilà."

Brian Molko, Interview Radio France Inter - AToute Allure 22 février 2001

Source : cutplacebohere.free.fr


Retour à OMWF Retour à Black Market Music

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

Gary 05/05/2010 21:00



Bonjour, 
N'y aurait-il pas une erreur dans le "borderlining schizo" qui serait plutôt "borderline and schizo". Puisque vous reprenez bien le "borderline" dans "borderline bipolar"? 



Placebo Wordz, Paroles et traductions 05/05/2010 21:14



Hello Gary !

Le livret a tranché ! A l'oreille, j'admets que c'est un peu ce qu'on entend, mais le livret de BMM contredit notre oreille, il y est bien écrit "bordelining schizo" dans le premier couplet et
"borderline bipolar" dans le deuxième.

Pam



Marie 25/11/2009 23:56


Je voudrais juste que je suis sous le charme de Black eyed version Angkor Wat ! Je viens de recevoir la box deluxe et cette version lente est une pure merveille selon moi !:)))


Max 02/11/2009 14:36


Bonjour à tous.
Voilà je voulais vous faire part de quelques changement de paroles que j'ai remarqué.
Depuis le live à Angkor Wat le vers "forever biting on your nuts" a été remplacé par "and it seems forever lost". Et de même sur Post Blue le vers "in your bag of golden brown" a été remplacé par
"in every tap, in every town". Post Blue n'a plus été jouée depuis ce concert mais black eyed si et le changement a été reconduit donc je suppose que ce n'est pas anodin.
Voilà j'espère que cela pourra vous être utile. Molko a souvent effectué des modifications de paroles en live et je me suis dit qu'il serait peut-être intéressant que vous puissiez les répertorier
sur votre excellent site. J'ai vu que parfois vous le mentionnez dans les remarques. J'en ai noté une paire. Vous pouvez me contacter si ça vous intéresse.
Bonne continuation.


Placebo Wordz, Paroles et traductions 02/11/2009 15:30


Merci pour toutes ces informations Max, effectivement Brian Molko a l'habitude de changer quelques vers en live, il l'a également fait sur cette tournée avec Ashtray heart et Bright Light
notamment.
Ce serait une excellente idée de les répertorier dans une section sur le site, on peut faire un article sur lequel chacun pourrait signaler les modifications de paroles dans les commentaires et
ensuite on mettrait à jour l'article.
J'en prépare un ;) .

Pam


Kelly 15/02/2009 14:53

Une chanson tout simplement magnifique,tout comme le groupe.

Emily 18/04/2008 01:38

C'est pour des chansons comme Black Eyed que je regrette vraiment de ne jamais avoir vu Placebo sur scène, quand j'écoute les enregistrements de concert, Brian dégage une energie enorme sur cette chanson ça doit vraiment être génial de le vivre en direct. Et puis elle a l'air de tellement raconter sa vie cette chanson qu'elle est vraiment touchante.

Placebo, Paroles et traductions 18/04/2008 10:50


Effectivement, c'est une chanson qui est probablement très largement autobiographique, dans une des interviews Stefan Olsdal souligne d'ailleurs le fait que cette façon de communiquer en écrivant
ce genre de chanson "c'est de la merde"...

Pam