Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Paroles et traduction de Teenage Angst

9 Mai 2007 , Rédigé par Placebo Wordz, Paroles et traductions Publié dans #Placebo - Placebo

Teenage Angst
(Placebo)
Paroles et traduction
PLACEBO

Teenage Angst - Placebo Teenage Angst - Placebo

Paroles Placebo - Traduction Nad

Teenage Angst

Shine the headlight,
Straight into my eyes.
Like the roadkill,
I'm paralysed.
You see through my disguise

At the drive-in,
Double feature,
Pull the lever,
Break the fever
And say your last goodbyes.

Since I was born
I started to decay
Now nothing ever
Ever goes my way

One fluid gesture,
Like stepping back in time
Trapped in amber, petrified
I’m still not satisfied

Airs and social graces,
Elocution so divine
I’ll stick to my needle
And my favourite waste of time
Both spineless and sublime

Since I was born
I started to decay
Now nothing ever
Ever goes my way.
Angoisse Adolescente

Braque le projecteur,
Droit sur mes yeux
Comme la bête écrasée,
Je suis figé
Tu vois au travers de mon masque

Au drive-in,
Séance double,
Tire sur le levier,
Baisse la température
Et fais tes derniers adieux

Depuis ma naissance,
Je me décompose
Maintenant rien ne va jamais
Comme je le voudrais

Un geste fluide,
Comme un retour dans le temps
Saisi dans l'ambre, pétrifié
Et toujours pas satisfait

Grands airs et savoir-vivre,
Une élocution si distinguée
Je m’en tiendrai à mon aiguille,
Et ma perte de temps préférée
A la fois lâche et merveilleuse

Depuis ma naissance,
Je me décompose
Maintenant rien ne va jamais
Comme je le voudrais.


Annotations
Airs and social graces: Ici deux expressions sont entremêlées: Airs and graces veut dire "prendre de grands airs" et Social graces veut dire "savoir-vivre".

Il existe une version hip-hop de Teenage-Angst jouée en live par le groupe en 2003, avec un Brian Molko demandant au public "wave your motherfucking hands in the air" à Manchester, où quand d'après Brian Molko, Teenage Angst rencontre Public Enemy.



Ce qu'en dit Brian Molko :
Article en français
"Adolescent, je ressentais les choses de façon beaucoup plus passionnée, j'ai traversé des phases de rébellion. Je me sentais déprimé, j'avais l'impression que le monde allait s'écrouler. Une espèce de simple aliénation envers les parents, une révolte contre ce qu'ils voulaient que je devienne, contre le fait de grandir, de traverser de tels changements. Mes émotions partaient dans un tas de directions différentes parce que physiquement, je devenais adulte. J'en avais envie, mais on me traitait toujours comme un gamin. L'art et la créativité étaient des choses totalement mineures, inconnues dans ma famille. C'est sûrement pour ça que j'ai réagi si brutalement et que je suis allé vers l'art. Je suis devenu le vilain petit canard de la famille : mon père voulait que je bosse dans les affaires et ma mère voulait que je sois un saint. Je n'ai finalement satisfait ni l'un ni l'autre. A cet âge-là, la musique peut représenter énormément, être la dernière issue de secours. Jouer de la guitare a été une sorte d'exutoire à mes problèmes familiaux, d'autorité. Mes parents n'ont pas du tout contribué à ce que je suis maintenant et c'est ça qui est merveilleux. Je suis arrivé là où je suis tout seul. J'ai besoin d'avoir du succès, très égoïstement, pour prouver le contraire à tous ceux qui croyaient que je n'irais pas très loin dans la vie, pour le montrer à tous ceux qui étaient plus forts que moi à l'école, mes rivaux dans n'importe quel domaine, mes parents."

"Brian Molko", LesInrocks.com 13 août 1996

Source : lesinrocks.com




Article en français
"J'ai toujours été un solitaire. C'est notre cas à tous les trois, nous avons passé l'adolescence enfermés dans nos chambres, à jouer de la musique. Et comme beaucoup de garçons de cet âge-là, je rêvais de devenir une star. Une ville comme Luxembourg peut être étouffante quand on cherche à se créer une identité. Je ne pouvais pas y être moi-même. Je m'y sentais isolé, loin des endroits où je voulais être. Il n'y avait aucun endroit où j'aurais pu m'exprimer, trouver un écho. De cette mise à l'écart, j'ai tiré des chansons, Teenage Angst ou Burger Queen, car ça m'a fatalement transformé en voyeur. Ce qui n'est pas la position la plus enviable pour observer le monde."

"Brian Molko", Les Inrockuptibles N°169 14 octobre 1998

Source : lesinrocks.com



Article en anglais
A propos du vers 'Since I was born, I started to decay...'
"But it's true. As soon as you pop out of the womb, you start to die. It's the paradox that you begin life but you also begin death."
Article en français
A propos du vers 'Since I was born, I started to decay...'
"Mais c'est vrai. Dès que tu sors du ventre de ta mère, tu commences à mourir. C'est le paradoxe où tu débutes la vie mais tu débutes aussi la mort."

"Brian Molko", Guitarist Magazine Août 1997

Source : placeboworld.co.uk




Article en anglais

"[...]Take a line from the cheerfully corrosive "Teenage Angst": Since I was born, I started to decay..."
"Well, that was something my mother said to me," explains Brian. "She was talking about ageing, wrinkling, skin drying up and stuff. This was when I was about 14. She said that as soon as you pop out of the womb you start to deteriorate. I actually found her words quite disturbing but, y'know, she's a religious kind of person."


Article en français

"[...] Prenez un vers de l'allègrement caustique "Teenage Angst": Since I was born, I started to decay...
"C’est une chose que ma mère m’a dite", explique Brian."Elle parlait du fait de vieillir, de se rider, la peau qui se dessèche et le reste. Ca s’est passé quand j’avais environ 14 ans . Elle disait que dès que tu sors du ventre tu commences à décliner. En fait j’ai trouvé ses mots plutôt perturbants mais, t’sais, c'est une personne très religieuse."

"Brian Molko", Vox, Juillet 1996

Source : placeboworld.co.uk



Article en anglais

“Me and my friends always used to talk about Billy Pumpkin being a little too full of angst onstage,” Brian smiles. “Maybe in that way it’s self-deprecating, but the subject matter’s genuine. Its about the intense emotions you feel as a teenager the way you have a tendency to close yourself a bit, create your own little world. You’re an adult trapped in a kid’s body - you want to break out but everyone still treats you as a kid.”



Article en français

"Moi et mes amis avions l'habitude de nous moquer de Billy Pumpkin montrant un peu trop d'angoisse existencielle sur scène," Brian sourit. "Peut-être que de cette façon c'est de l'autodénigrement, mais le sujet reste sincère. C'est à propos des émotions intenses que tu ressens adolescent, la façon que tu as de te refermer un peu sur toi-même, à créer ton propre petit monde. Tu es un adulte prisonnier d’un corps d’enfant - tu veux t'en échapper mais tout le monde te traite encore comme un gamin."

"Brian Molko", Melody Maker, septembre 96

Source : placeboworld.co.uk



Article en anglais

“When we do stuff from the first album, we try to do different versions. We have an interesting hip-hop version of 'Teenage Angst' at the moment. I am having a lot of fun with it, it gives me a chance to do my Bono bit with a wireless microphone. I am doing that more and more.”

Article en français

"Quand on fait des trucs du premier album, on essaye de faire des versions différentes. En ce moment nous avons une version hip-hop intéressante de Teenage Angst. Je m'amuse beaucoup avec, ça me donne la possibilité de faire un peu mon Bono avec un micro sans fil. Je fais ça de plus en plus."

"Brian Molko", The Sentimentalist - Issue XII, 2003

Source : Forum slackerbitch.org




Article en anglais

REAX:  But musically speaking, songs like “Infra-Red” and “Because I Want You” are among the most upbeat you’ve ever done.


BM:  Yeah, but we’ve always kind of done that, like “Teenage Angst” from the first record, which was musically quite cheerful and lyrically quite the opposite.  We’ve always enjoyed playing with that dichotomy, confusing emotions.  Maybe we naturally veer toward that because that’s how life feels… to me, anyway.
"



Article en français

"
REAX:  Mais musicalement parlant, des chansons comme "Infra-Red" et "Because I Want You" font partie des plus joyeuses que vous ayez jamais faites.

BM:  Ouais, mais nous nous avons toujours en quelques sorte fait ça, comme "Teenage Angst" du premier album, qui était musicalement plutôt joyeux et au niveaux des paroles plutôt l'inverse. On s'est toujours amusés à jouer avec cette dichotomie, à brouiller les émotions. Peut-être que nous allons naturellement dans cette direction parce qu'il semble que c'est la vie...pour moi, quoi qu'il en soit.
"

"Brian Molko", Reax Magazine, juillet 2007

Source : reax magazine


Retour à OMWF Retour à Placebo

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

Tifenn 07/01/2010 10:08


merci Mitch pour le lien. J'étais justement en train de chercher une prestation de cette version ;)
Ça fait pas réellement hip hop pour moi, disons qu'elle est plus soft et la voix de Brian est peut être un peu plus trainante... Je préfère la version rock =D


electromagna 05/12/2009 22:33


merci mitch^^


Mitch 17/11/2009 12:17


Je trouve que cette version est très poignante, encore plus que la version piano...


Mitch 16/11/2009 12:30


Coucou les filles & electromagna !
J'ai retrouvé une interprétation de la version "hip hop" en me souvenant qu'elle avait été jouée à cologne en 2003.

Voici le lien : http://www.youtube.com/watch?v=1AS_qI60MdU

Voila :)


Placebo Wordz, Paroles et traductions 16/11/2009 13:16


Merci Mitch, celle qu'on avait mise n'était plus en ligne :( .


electromagna 15/11/2009 01:52


Je ne trouve pas de vercion hip-hop mais si quelqun peut maider...
Elle date de quelle année cette vercion hip hop???