Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

2008, Brian Molko, Stefan Olsdal, The Phnom Penh Post (Presse)

8 Décembre 2008 , Rédigé par Placebo, Paroles et traductions Publié dans #PLACEBO PRESSE

Article en anglais et en français Brian Molko, Stefan Olsdal, The Phnom Penh Post, 08 décembre 2008
(Traduction)

PLACEBO


Placebo au Cambodge

Photo by: Melanie Brew

Traduction Pam


Article en anglais
What made you decide to come to Cambodia?

Brian Molko: We are musicians who care about the world that we live in. We are here to participate in the MTV EXIT campaign because it is something that has touched us on a basic human level. And I think that it is kind of appropriate for us to be here in terms that the music that we make is to a degree music for outsiders by outsiders... People like that, because they are affected directly by the inequalities in this world, have perhaps more of a propensity towards social change.... If we can highlight this, if we can motivate people to engage within the societies that they live, then surely that can only be a positive thing. Not to say that the attraction of coming and performing in front of a world-famous Buddhist temple wasn't  part of it. It is an absolute honour to be here to [perform].





Stefan Olsdal: We don't wake up feeling any more special than the person next to us, and I think that can translate to this purpose. We are not here as a self-promotion exercise. We are lending our support to this cause and this charity.


How will you measure whether you have been successful in helping to achieve the goal of the anti-human trafficking campaign?

Brian Molko:
The majority of people around the world who are trafficked into sexual slavery or indentured servitude or into sweat shops are teenagers and young adults, which is exactly that audience that MTV has. That is why we think this is a very significant campaign to be involved in;  because just simply through showing up in Cambodia and the interest that that may cause, we will get people to be aware of this issue that perhaps they didn't give much thought before. And if in the process we can highlight some of the traps that people can fall into by opening a debate, a discussion, about this issue, then we have achieved something.





You are not very well known in Cambodia. How do you think the Cambodian audience will react to you?


Brian Molko:
I am expecting lots of confused faces. But we have a tendency to win people over. We have played in Korea, Hong Kong [and] Macau. We are planning to do a lot more touring in this area.


Have you been to the temples yet?

Brian Molko:
I was here a few years ago, so I have done the tourist thing, but I am looking forward to going back. It is a wonderful place, very spiritual place, very serene place.

How much do you know about the issue of human trafficking?

Brian Molko:
I think, like most people, I was aware that it existed, but I wasn't aware that it occurred on such a great scale, and I think this is one of the important things we need to highlight here. The absolute scale at which it happens, that 2.5 million people a year are trafficked, is absurd. In the same way that I can't believe that slavery existed in the US at a certain time in history, I can't believe that it still exists today on a world-wide level.




Are you concerned that people here will now know your music very well?


Brian Molko:
It wasn't really a concern at all. It wasn't about presenting your most accessible work to an audience that doesn't know you very well. That kind of stinks a bit of commercialism, and that is not really the issue here. We had to choose songs that we thought were appropriate for the event, and of course we have a very tortured relationship with our back catalogue, so we had to find new ways of interpreting these songs in order to make them interesting to us, which is basically what we spent the past three weeks doing. Because the whole event is such a unique event for us, we want the performance itself to be unique, and so we kind of created a new sound for us specifically for this performance. It may not be repeated.




Stefan Olsdal: Because the situation and the cause are so unique for us - we have never done anything like this before - to choose the set was quite challenging. You want something that is fitting  to the location.

Brian Molko: We love noise. We love massive walls of sound - three guitars going absolutely crazy. We love feedback and all of these things. We didn't really think that was going to be appropriate for this setting, so we were forced to look inside ourselves and to look inside the songs and extract elements and create new arrangements that we thought would fit within this incredible setting. So I think in general, what we are going to do is a little bit gentler than what we are necessarily famous for, but equally as valid. What is interesting about this is that it was very challenging for us to breathe new life into these songs.... But it's also reassuring to know that you can completely reconstruct a song and put it together in a different way and it still works.




Who do you expect the majority of the audience to be?

Brian Molko:
I don't want to come 10,000 kilometres and play to a bunch of Europeans, so I hope that it is not an ex-pat crowd, and I hope that the majority of the audience will be Cambodian. That is kind of the whole point.... The tickets are free.

What message do you hope to communicate during the event?

Brian Molko:
The audience themselves, the people who come to see the show, we just want them to leave with a smile on their faces, which is essentially what we try to do every time we perform at a concert. The 40 minutes that we will be on stage is about performance, and we want to create an atmosphere of communion and togetherness.

Are you going to have an opportunity to see organisations that work with victims of trafficking while you are in Cambodia?

Brian Molko:
Absolutely. In fact, we are going to a women's shelter very close to here to meet some of the people who have been rescued from human trafficking. For us, it is an important thing to do because up until we go there [the problem] remains very abstract.


What sort of impressions do you think you will take away with you? Will you keep campaigning?

Stefan Olsdal:
This experience is quite unique and I think that it will stay with us. Just to communicate what we see and experience, and our knowledge about this cause [is] hopefully going to basically raise awareness ... and something good will come out of this.

Brian Molko: I think it is important to stress that this whole situation and event needs to be approached with a great deal of humility. This isn't really about us.... We are trying to approach this entire thing with a great deal of humility. Not always the easiest thing for musicians to do.


You have been around for a while, what do you think the future holds?


Stefan Olsdal:
We just finished recording a record which is going to come out next year.

Is it going to be different to the records you have produced before?

Brian Molko:
Every record we have ever done has been a reaction to the previous one. The previous one was a very, very dark record. We couldn't, as people, have sunk any lower within ourselves, so the only way was kind of up. In this new record there is more hope, there is more optimism, there is finally the possibility of redemption somewhere within all of this.


So your music reflects what is going on in your lives at a particular moment?


Brian Molko:
Absolutely. We write music about emotion. To remain the same person that you were two years ago ... when you have done your previous record would be quite tragic on a human level, to not grow, to not change.


We don't write vacuous pop music and insipid pop music that is just about complete escapism. What we want to do is that we want to communicate the emotions that people have by holding up a mirror to the human condition.
Article en français
Qu'est-ce qui vous a décidé à venir au Cambodge?

Brian Molko : Nous sommes des musiciens qui se préoccupent du monde dans lequel nous vivons. Nous sommes ici pour participer à la campagne MTV EXIT parce que c'est quelque chose qui nous a touché sur un plan humain basique. Et je pense qu'il est en quelque sorte approprié pour nous d'être ici car la musique que nous faisons est à un certain degré une musique de marginaux faite pour des marginaux
... Les gens aime ça, parce qu'ils sont directement touchés par les inégalités dans ce monde, ils ont peut-être plus q'une tendance vers le changement social .... Si nous pouvons mettre ça en lumière, si nous pouvons inciter les gens à s'engager au sein de la société dans laquelle ils vivent, alors ça ne ne peut qu'être quelque chose de positif. Pour ne pas dire que l'attrait de venir jouer devant un célèbre temple bouddhiste ne fait pas partie de la décision de venir. C'est un honneur absolu de jouer ici.

Stefan Olsdal : on ne se réveille pas avec le sentiments d'être plus spécial que la personne d'à côté, et je pense que ça traduit ce but. Nous ne sommes pas ici pour un exercice d'auto-promotion. Nous apportons notre soutien à cette cause et cette oeuvre caritative.

Comment saurez-vous si vous avez  contribuer à réaliser l'objectif de la campagne de lutte contre la traite des êtres humains ?

Brian Molko:
La majorité des personnes dans le monde qui sont victimes de la traite des esclaves sexuels ou subissant la servitude dans les ateliers clandestins sont des adolescents et des jeunes adultes, ce que sont exactement le public de MTV. C'est pourquoi nous pensons que c'est une campagne très importante  dans laquelle s'impliquer, parce que tout simplement par le biais de nous montrer au Cambodge et de l'intérêt que ça peut provoquer, nous allons amener les gens à être conscients de cette question, à laquelle ils n'ont pas beaucoup pensé avant. Et si dans le processus, nous pouvons mettre en évidence quelques-uns des pièges dans lesquels les gens peuvent tomber, en ouvrant un débat, une discussion, à propos de cette question, alors nous avons accompli quelque chose.

Vous n'êtes pas très connu au Cambodge. Comment pensez-vous que le public cambodgien va réagir à votre égard ?

Brian Molko :
Je m'attends à beaucoup de visages confus. Mais nous avons tendance à séduire les gens. Nous avons joué en Corée, à Hong Kong [et] à Macao. Nous prévoyons de tourner beaucoup plus dans cette région.

Etes-vous déjà allé au temple ?

Brian Molko :
Je suis venu ici il ya quelques années, j'ai donc fait le touriste ici, mais je suis impatient d'y retourner. C'est un merveilleux endroit, un lieu très spirituel, très serein.

Que savez-vous sur la question de la traite des êtres humains ?

Brian Molko :
Je pense que, comme la plupart des gens, je savais que ça existait, mais je ne savais pas que cela se produisait à une si grande échelle, et je pense que c'est l'une des choses importantes que nous avons besoin de mettre en lumière ici. Le nombre exact montre que 2,5 millions de personnes par an sont victimes de la traite, c'est absurde. De la même façon que je ne peux pas croire que l'esclavage existait aux États-Unis à un certain moment dans l'histoire, je ne peux pas croire qu'il existe encore aujourd'hui à l'échelle mondiale.

Êtes-vous intéressé par le fait que les gens d'ici vont maintenant bien connaître votre musique ?

Brian Molko :
Ce n'était pas du tout un sujet de préoccupation. Il ne s'agissait pas de présenter son travail le plus accessible à un public qui ne vous connait pas très bien. Ca pue un peu le commercialisme, et ce n'est pas vraiment la question ici. Nous avons dû choisir des chansons que nous pensions être appropriées pour l'événement, et bien sûr, nous avons une relation très torturé avec notre catalogue, alors nous avons dû trouver de nouveaux moyens d'interpréter ces chansons afin de les rendre intéressantes pour nous, ce qui est essentiellement ce que nous avons passé les trois dernières semaines à faire. Parce que cet événement est un événement unique pour nous, nous voulons que la performance elle-même soit unique, et nous avons en quelque sorte créé un nouveau son pour nous, spécialement pour cette performance. Cela pourrait ne pas se reproduire.

Stefan Olsdal : Parce que la situation et la cause sont tellement uniques pour nous - nous n'avons jamais rien fait de tel auparavant - choisir les titres du set a été un défi. Vous voulez quelque chose qui est approprié au site.

Brian Molko : Nous aimons le bruit. Nous aimons les murs de sons massifs- trois guitares qui deviennent complétement folles. Nous aimons les feedback et toutes ces choses. Nous ne pensions pas vraiment que ce serait approprié dans ces conditions, alors nous avons été contraints de regarder en
nous-mêmes et de chercher à l'intérieur des chansons et  extraire des éléments et de créer de nouveaux arrangements qui pourraient convenir à cet incroyable lieu. Je pense donc que, en général, ce que nous allons faire est un peu plus doux que ce pour quoi nous somme nécessairement connu, mais tout aussi valable. Ce qui est intéressant à ce sujet, c'est qu'il est très difficile pour nous de donner un souffle nouveau  à ces chansons .... Mais il est également rassurant de savoir que vous pouvez reconstruire entièrement une chanson la réassembler et ça fonctionne encore.

Qui constituera à votre avis la majorité de l'auditoire ?

Brian Molko :
Je ne veux pas parcourir 10000 kilomètres et jouer pour un groupe d'Européens, j'espère que ce ne sera pas un public d'expatriés, et j'espère que la majorité de l'auditoire sera cambodgien. C'est un peu le but de tout cela... Les billets sont gratuits.

Quel message souhaitez-vous communiquer durant l'événement?

Brian Molko :
Le public en lui-même, les gens qui viennent voir le spectacle, nous voulons juste qu'ils partent avec un sourire sur le visage, ce qui est essentiellement ce que nous essayons de faire à chaque concert. Les 40 minutes que nous allons passer sur scène, c'est la performance, et nous voulons créer un climat de communion et d'unité.

Allez-vous avoir l'occasion de voir les organismes qui travaillent avec les victimes de la traite pendant que vous serez au Cambodge?

Brian Molko :
Absolument. En fait, nous allons voir un refuge pour femmes très près de là pour rencontrer certaines des personnes qui ont été sauvés de la traite des êtres humains. Pour nous, c'est une chose importante à faire parce que jusqu'à ce que nous allions là-bas [le problème] reste très abstrait.

Quel genre d'impressions pensez-vous emporter avec vous ? Allez-vous continuer la campagne?

Stefan Olsdal :
Cette expérience est tout à fait unique et je pense que cela va rester en nous. Juste pour communiquer ce que nous voyons et vivons, et notre connaissance au sujet de cette cause [va] espérons le sensibiliser ... et quelque chose de bon sortira de cette situation.

Brian Molko : Je pense qu'il est important de souligner que l'ensemble de la situation et l'événement doit être abordé avec beaucoup d'humilité. Ce n'est pas vraiment à propos de nous .... Nous essayons d'aborder tout ça avec beaucoup d'humilité. Pas toujours le plus facile à faire pour des musiciens.

Vous êtes dans le paysage depuis un certain temps, que réserve l'avenir à votre avis ?

Stefan Olsdal :
nous venons juste de finir l'enregistrement d'un album qui va sortir l'année prochaine.

Sera-t-il différent de vos précédents albums ?

Brian Molko : chaque album que nous avons fait a été une réaction au précédent. Le précédent était un album très très sombre. Nous ne pouvions pas, en tant que personne, sombrer plus bas en nous-mêmes, de sorte que le seul moyen a été de remonter. Dans ce nouvel album il ya plus d'espoir, il ya plus d'optimisme, il ya enfin la possibilité de rédemption quelque part dans tout cela.

Alors votre musique reflète ce qui se passe dans votre vie à un moment donné ?

Brian Molko :
Absolument. Notre musique parle d'émotion. Demeurer la même personne que vous étiez il ya deux ans ... lorsque vous avez fait votre précédent album serait tout à fait tragique sur le plan humain, de ne pas grandir, de ne pas changer.

Nous n'écrivons pas de la musique pop vide et insipide qui est juste à propos d'évasion. Ce que nous voulons faire c'est communiquer les émotions que les gens ont en tenant un miroir face à la condition humaine.


Propos recueillis par Anita Surewicz

Brian Molko
, Stefan Olsdal, The Phnom Penh Post, 08 décembre 2008


Source : www.phnompenhpost.com



Retour Presse

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

ling 15/12/2008 12:28

ce nouvel album commance serieusement a m'intriguer, placebo avec des texte optimiste je me demande ce que ca va donner.

Cate 09/12/2008 09:56

Encore une fois merci pour votre rapidité !Bon alors cet album est l'album de la rédemption, je me demande bien ce que ça va donner quand même. En tout cas ils ont visiblement toujours autant de mal avec le passé et c'est bien domage.