Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Paroles et traduction de For What It's Worth (Battle For The Sun)

24 Avril 2009 , Rédigé par Placebo, Paroles et traductions Publié dans #Battle For The Sun - Placebo

For What It's Worth
(Battle For The Sun)
Paroles et traduction
PLACEBO


Battle For The Sun

Paroles Placebo - Traduction Pam

For What It's Worth : le clip décortiqué


For What It's Worth
Pour Ce Que Ça Vaut
The end of the century
I said my goodbyes
For what it's worth
I always aimed to please
But I nearly died

For what it's worth
Come on lay with me
'Cause I'm on fire

For what it's worth
I'd tear the sun in three
To light up your eyes

For what it's worth
x4

Broke up the family
Everybody cried
For what it's worth
I had a slow disease
That sucked me dry

For what it's worth
Come on walk with me
Into the rising tide

For what it's worth
Fill the cavity
Your God-shaped hole tonight

For what it's worth
x8

Intermède Tetris

No one cares
When you're out on the street
Picking up the pieces
To make ends meet
No one cares
When you're down in the gutter
Got no friends, got no lover

No one cares
When you're out on the street
Picking up the pieces
To make ends meet
No one cares
When you're down in the gutter
Got no friends, got no lover

For what its worth
(Got no lover)
x7

Got no friends, got no lover
En cette fin de siècle
J'ai fait mes adieux
Pour ce que ça vaut
J'ai toujours cherché à plaire
Mais j'ai failli en crever

Pour ce que ça vaut
Allez allonge-toi près de moi
Car je suis chaud là

Pour ce que ça vaut
Je couperais le soleil en trois
Pour illuminer tes yeux

Pour ce que ça vaut
x4

J'ai brisé mon foyer
Tout le monde a pleuré
Pour ce que ça vaut
J'ai eu une maladie qui lentement
M'a rongé jusqu'aux os

Pour ce que ça vaut
Viens faire un tour avec moi
Dans la marée montante

Pour ce que ça vaut
Ce soir comble le creux :
Ton vide en forme de Dieu *

Pour ce que ça vaut
x8

Intermède Tetris

Tout le monde s'en fout
Quand t'es à la rue
A recoller les morceaux
Pour joindre les deux bouts
Tout le monde s'en fout
Quand tu te retrouves dans le caniveau
T'as pas d'amis, t'as pas d'amant

Tout le monde s'en fout
Quand t'es à la rue
A recoller les morceaux
Pour joindre les deux bouts
Tout le monde s'en fout
Quand tu te retrouves dans le caniveau
T'as pas d'amis, t'as pas d'amant

Pour ce que ça vaut
(J'ai pas d'amant)
x7

J'ai pas d'amis, j'ai pas d'amant



Annotations
A god-shaped hole : c'est la petite place que tout le monde possède en lui pour accueillir le divin selon certaines croyances. On a repris l'expression de Saint-Augustin, "Il y a dans le cœur de chaque homme, un vide en forme de Dieu".
Ce serait le vide qui existe en chacun de nous et qui nous pousse vers une quête spirituelle, un manque que seul le bohneur absolu peut combler, en l'occurrence Dieu...
A noter que l'expression anglaise a très probablement pour origine l'expression française (comme l'expression Devil is in the details).
Brian Molko s'explique dans Paris Normandie sur cette expression ci-dessous dans la section "Ce qu'en dit Brian Molko" : "
Quand on arrête de se droguer, on se retrouve avec un trou énorme dans son âme qui a la forme de Dieu, d'un dieu, de dieux. Je ne sais pas mais c'est quelque chose qui est plus grand que vous. C'est peut-être à cause de ceci que ce côté spirituel s'impose."

Pick up the pieces :
c'est l'expression anglaise pour dire "sauver les meubles", "recoller les morceaux". C'est essayer de sauver le maximum pour rebondir, revenir à une situation meilleure.

Les choeurs sont assurés par Hazel Fernandes et Valerie Etienne.


Dans ce titre, Placebo fait preuve d'un certain fatalisme optimiste. 
Ici, on prend à la légère, presque à la rigolade une succession de drames personnels qui rendent habituellement la vie insignifiante, inutile d'être vécue.
Il y a l'idée que ça ne vaut pas la peine d'en faire toute une histoire finalement, "pour ce que ça vaut", car de toute façon, le monde se fout de nos malheurs.
Le dernier couplet est très explicite: on ne prête pas d'états d'âme aux gens qui n'ont plus rien. Le fait d'en avoir est déjà un luxe.
Le thème de cette chanson est peut être une invitation à relativiser et à ne pas se laisser aller à s'apitoyer sur son sort.
Le clip semble le confirmer.
Ce qui finalement colle assez bien au thème déjà abordé dans Battle For The Sun et qu'on retrouve même dans leur reprise de Nik Kershaw.

PS: le petit interlude à la tetris viendrait d'un jouet (sûrement un synthé pour enfant) qu'ils ont trouvé dans le studio. (vous aussi vous pouvez continuer à jouer à "Retrouvez les morceaux du nouvel album qui se cachent derrière cette photo").
Il doit sans doute s'agir de "l'humour tordu" de Brian dont parle Stefan.

For What It's Worth est le premier single tiré de l'album Battle For The Sun, la face B qui l'accompagne est la reprise du célèbre "Wouldn't It Be Good", tube du début des années 80 de Nik Kershaw.


Visionner le clip



Ce qu'en disent Stefan Olsdal et Steve Forrest :

Article en anglais
Tell us about the concept for the new video 'For What It's Worth' and what the labels in that are about?


Stefan: We worked with one of our favourite video directors, Howard Greenhalgh, who has been working with us for a long time. He has done loads of stuff for us including 'Nancy Boy', 'Bruise Pristine' and 'The Bitter End', so we had a long relationship with him that enabled us to feel more relaxed, especially now we are introducing a new member to the public. We wanted it to be quite performance based and the tags were basically about the fact that sometimes what you see, is not what is real. We wanted to play with that. People like to portray themselves as something that is completely the opposite of what is inside of them. With the lyrics, Brian describes them as being quite optimistic but if you listen to them on face value, "got no friends, got no lover", it's like "shit, you're in the gutter" but to him the song is like a celebration of life. It's that dichotomy of what you see and what you hear not always being what is actually there.




Steve: You can take a photo and it can be two people, they can be hanging out and happy but if you put a label on, it completely changes the whole meaning of it. It could be like "cunt". My favourite bit is the guy with the suitcase walking to work and it's like "detonation". It's brilliant.


Article en français
Parlez-nous du concept du nouveau clip "For What It's Worth' et à quoi correspondent les étiquettes?

Stefan:
Nous avons travaillé avec l'un de nos réalisateurs préférés, Howard Greenhalgh, qui travaille avec nous depuis longtemps. Il a fait beaucoup de choses pour nous, y compris «Nancy Boy», «Bruise Pristine» et «The Bitter End», donc nous nous connaissons depuis très longtemps ce qui nous a permis de nous sentir plus détendu, en particulier maintenant que nous présentons un nouveau membre au public. Nous voulions qu'il soit basé plutôt sur la prestation du groupe et les étiquettes parlent principalement du fait que, parfois, ce que vous voyez, n'est pas ce qui est réel. Nous avons voulu jouer avec ça. Les gens aiment se présenter comme une personne qui est complètement à l'opposé de ce qu'ils sont à l'intérieur. Pour ce qui est des paroles, Brian les décrit comme étant très optimistes, mais si vous les écouter au premier degré, "j'ai pas d'amis, pas d'amant", c'est comme "merde, vous êtes dans le caniveau", mais pour lui, la chanson est comme une célébration de la vie. C'est cette dichotomie entre ce que vous voyez et ce que vous entendez qui n'est pas toujours ce qui est effectivement là.

Steve: Vous pouvez prendre une photo et ça peut être deux personnes, ils peuvent traîner ensemble et être heureux, mais si vous mettez une étiquette sur eux ça change complètement le sens de tout ça. On pourrait mettre "salope". Mon préféré c'est le mec avec la valise qui va à pied au travail et c'est "detonation". C'est brillant.

"Stefan Olsdal"
, "Steve Forrest", interview clicmusic.com, avril 2009

Source : clicmusic.com

Ce qu'en dit Brian Molko :

Article en anglais
"We used a few soul divas on this song and we incorporated them into a lot of five part harmonies on the record," Molko explained of the track, which was recently premiered on Zane Lowe's show."





"One of them used to be in (acid jazz group) Galliano and the other did a lot of work with Jamiroquai. So they're really experienced and fantastic singers.
"

Article en français
"Nous avons utilisé quelques divas soul sur cette chanson et les avons intégrés sur le disque dans de nombreux ensembles vocaux à 5 personnes qui posent leurs voix sur différentes notes pour créer une harmonie", a expliqué Molko concernant ce morceau, qui a récemment été joué en avant-première dans l'émission de Zane Lowe.

"L'une d'entre elles était dans (le groupe d'acid jazz) Galliano et l'autre a beaucoup travaillé avec Jamiroquai. Donc c'était vraiment de fantastiques chanteuses expérimentées."

"Brian Molko", interview BBC Newsbeat, 27 avril 2009

Source : www.news.bbc.co.uk/newsbeat/



Article en anglais
'For What It's Worth' is a bit of a dancefloor anthem.

Brian Molko: It's about time Placebo did a track that got people shaking their booty on the dancefloor!


That's something you wanted this time around?

Brian Molko: You don't set out to do it, but when it starts to emerge that way, you're like, "Yeah, cool." It's always been part of what we do; possibly on Meds there wasn't much indie club dancefloor stuff. But this song has a disco beat, Memphis horns, soul diva backing vocals... it all contributes to, hopefully, a euphoric dancefloor experience.



[...]

You've always been outspoken. One writer recently described your new work was "less sexually charged".
What do you think of that?


Brian Molko: How does someone become less sexually charged? I don't know about that. (Laughs) Perhaps it's less on the surface. With Battle For The Sun, I started out wanting to make quite a libidinous record. A celebration of all sexuality, because it's such a part of life, the beauty of life. So it's there. It's there in songs like 'Kitty Litter', 'Speak In Tongues', 'For What It's Worth', "Come on lay with me / 'cause I'm on fire"? Do you need me to write that down for you, man?
Perhaps the sexuality is more subtle; it's not coming at you in terms of a transvestite on crystal meth.


Article en français
'For What It's Worth' est un peu un hymne dancefloor.

Brian Molko: Il était temps que Placebo fasse un morceau pour que les gens remuent leur fesses sur les dancefloor !

C'est quelque chose que tu voulais faire cette fois?

Brian Molko: Ce n'est pas quelque chose que tu dois faire, mais quand ça commence à prendre forme de cette façon, tu es comme, "Ouais, cool." ca a toujours fait partie de ce que nous faisons, peut-être que sur Meds il n'y avait pas beaucoup de trucs dancefloor pour club indie. Mais cette chanson a un beat disco, Memphis Horns, des choeurs assurés par des divas de la soul ... tout ça contribue je l'espère à une expérience dancefloor euphorique.

[...]

Vous avez toujours parlé sans détour. Un journaliste a récemment décrit votre nouvel album comme "moins empreint de sexualité".
Qu'en pensez-vous?


Brian Molko: Comment quelqu'un peut devenir moins empreint de sexualité? Je ne sais pas quoi dire. (Rires) C'est peut-être moins évident. Avec Battle For The Sun, au départ je voulais faire un disque lubrique. Une célébration de toutes les sexualités, parce que ça fait tellement partie de la vie, de la beauté de la vie. Donc, c'est là. C'est là dans des chansons comme "Kitty Litter", "Speak In Tongues, "For What It's Worth", "Come on lay with me / 'cause I'm on fire"? Vous avez besoin que je vous fasse un dessin ou quoi?
Peut-être que la sexualité y est plus subtile; elle n'y est pas représentée par un travesti shooté à la méthamphétamine.

"Brian Molko", J Mag Australia, May 2009

Source : J Mag Australia



Article en anglais
DJ: We're gonna hear the new single from Placebo, "For What It's Worth", tell us a little bit about the song before we hear it.
Brian Molko: Well its a song that I started writing on a tourbus, between New York and Boston, its a song borne out of boredom, and the need to do something creative, and its a song that, well I hope, is infused with a kind of lust for life. It's lustful and it's celebratory.


Article en français
DJ: on va écouter le nouveau single de Placebo "For What It's Worth", parle-nous un peu de cette chanson avant qu'on l'écoute.
Brian Molko : Et bien c'est un morceau que j'ai commencé à écrire dans un tour bus entre New York et Boston, c'est une chanson qui est née de l'ennui et du besoin de faire quelque chose de créatif, et c'est une chanson qui je l'espère est imprégnée d'une sorte de soif de vivre. C'est lascif et festif.

"Brian Molko", BBC Scotland, Music Bed interview (radio) juin 2009

Source : www.bbc.co.uk/scotland/music/rockness/2009/



Article en français
Dans vos textes, on trouve toujours la même ambiguïté. Il y a beaucoup de questions que vous laissez sans réponse.

Brian Molko :
«Parce que je n'ai pas de réponse. Je n'ai que des questions et il n'y a pas de réponses absolues. Chacun doit résoudre ses mystères avec des réponses individuelles».


Le côté spirituel est également toujours présent.

Brian Molko : «Oui bien sûr. Quand on arrête de se droguer, on se retrouve avec un trou énorme dans son âme qui a la forme de Dieu, d'un dieu, de dieux. Je ne sais pas mais c'est quelque chose qui est plus grand que vous. C'est peut-être à cause de ceci que ce côté spirituel s'impose. Je sais que je n'offre aucun repère mais je cherche. Je suis un sicker. Je préfère courir, chercher plutôt que de mettre mon âme sous anesthésie générale. Aujourd'hui, je suis à nouveau en vie. Je respire».


"Brian Molko", www.paris-normandie, 31 octobre 2009

Source : www.paris-normandie.fr


Retour à Battle For The Sun

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

Cate 14/11/2009 13:25


J'avais pas vu l'explication du God-shaped hole, c'est bien triste :(, mais merci d'avoir déniché ça, ça nous éclaire encore un peu plus sur cette chanson.


Violette 24/10/2009 16:37


Encore une fois bravo! Je suis épatée par tout ce que vous faites ! Je viens régulierement sur le site et à chaque je découvre ou comprend de nouvelles choses sur Placebo =) Alors voilà
,bravo


Placebo Wordz, Paroles et traductions 24/10/2009 16:44


Ca c'est trop gentil Violette

Merci!




Bird+eye+view 06/05/2009 12:27

Cette envie est surement réféchie comme telle (elle en découle) Moins d'intermédiaire, donc + pour eux. L'idée que Mr Molko Brian veut être totalement indépendant me semblerait juste vue le personnage qu'il est. Avec la crise, s'auto-financer c'est une des méthodes utilisait par certains artistes pour s'accommoder à cette crise des ventes.Le problème est que j'espère que toutes critiques concernant ce futur album qui semble pas à leur profit, les fans saurons au rendez-vous. Je dois dire que je saurais moi-même leur trouver une bonne défense. Par contre, les nouveaux titres semblent déplaire. Peut-être que évolution artistiques ébauche des "faibles résultats" mais peut-être sont ils obligés d'en traverser par là pour obtenir ce qu'ils leur sembleraient "une réussite" pour tous aussi.J'avoue que je ne peux évaluer judicieusement leur travail.J'espère seulemment que leur fans seront les soutenir assez pour qu'ils n'aient pas le sentiments que leur quête ne sert plus à rien.  

Placebo, Paroles et traductions 06/05/2009 14:19



Pour ce qu'on en a entendu jusque là (les deux "singles" et la bande de très mauvaise qualité de "ashtray heart"), il est vrai qu'il n'y a pas unanimité. Mais il n'est pas sûr que Placebo aient
jamais fait l'unanimité, donc ce n'est pas vraiment alarmant. 
Je ne vois pas de mon côté "d'évolution artistique" réelle d'après ce qu'on en a entendu. Il n'y a ni révolution, ni grande surprise. Le son est assez classique (moi je dirais banal, mais c'est
mon ressenti) et les textes sont certes plus joyeux, mais on ne peut pas dire que c'est la première fois non plus, puis ils restent assez noirs au final. Quoiqu'il en soit, ça ne suffit pas à
faire une révolution.
Bref, restent plusieurs titres à entendre avant de se prononcer mais on est loin d'un revirement total.
En ce qui concerne le résultat de leur auto-production, idem, je ne vois pas de grands changements pour le moment, ni de prise de risque artistique. J'ai même l'impression qu'ils sont encore en
quête du tube, du morceau à gimmick qui deviendra leur gros succès. Si cet album est dans la même veine que les 3 morceaux, alors il sera le digne successeur de Meds: des sons et des thèmes moins
complexes pour plus d'accessibilité. Un album de compromis.

 Je n'ai donc pas pour le moment l'impression qu'ils aient totalement changé d'état d'esprit.

A voir.

Pour ce qui concerne leur public, il reste les fans fidèles, et difficile à dire s'ils sont plus ou moins nombreux qu'avant, mais beaucoup de fans ne sont plus au rendez-vous: d'un côté les vieux
de la vieille, même les plus résistants, ne suivent plus (il y a une critique sur le blog de Zegut, l'ami de toujours, très révélatrice de ce "courant") et de l'autre les jeunes conquis par "The
Bitter End" ont grandi et sont allés voir ailleurs (non pas vraiment du côté de Tokyo Hotel comme l'a écrit un journaliste mais plutôt du côté de la nouvelle vague de brit rock qui ne manque pas,
elle, d'inspiration).
Il y a des chances donc que le succès soit un peu en retard au rendez-vous, sauf s'ils arrivent à conquérir un nouveau public. Je suis très très mal placée pour prévoir ce qui va ou non marcher,
mais si on regarde les gros succès rock de ces derniers temps, on sait que la concurrence est rude.

Nad
 



Bird eye view 05/05/2009 15:22

je voulais juste vous envoyer des pudiques remerciements Pour votre travaille (sans quoi, je serais à coup sur à cotés des paroles) et puis merci pour les explications au sujet DreamBrother...  (Ca rempli ma petite cervelle)Ils sont carrémment aux commandes du navire Et apparemment, ils sont eus beaucoup chance dans ce domaine ?  Et puis pour les expliques du clip, j'avoue que j'avais tout de suite notée le coté "humoristique" qui est un brin d'exception Placéborien

Placebo, Paroles et traductions 05/05/2009 22:43


Hello Bird eye view :)

Nous t'adressons tout aussi pudiquement nos remerciements en retour

Oui, il semble qu'ils n'aient jamais eu autant de pouvoir sur leur travail qu'aujourd'hui. Reste à savoir maintenant si cela s'est traduit par une plus grande liberté artistique qui s'entendra (ou
pas) sur l'album, ou si cela se traduira juste par une meilleure marge pour le groupe.
Tout dépend de ce qu'ils recherchaient en s'auto-produisant. Sans doute qu'ils pensaient aux deux.

Nad


Amélie 01/05/2009 21:28

Humm, moi je trouve que les paroles se tiennent assez, il parle de choses auxquelles on attache de l'importance mais dont il semble se moquer (ironiquement certainement) et qui en fait ne valent pas grand chose... elles ont donc bien toutes un lien entre elles ... non?

Placebo, Paroles et traductions 02/05/2009 12:52


Oui Amélie, c'est l'idée de la chanson, c'est juste le fait que les éléments qui la composent semblent chaque fois un peu sortis de nulle part qui en "gêne" certains (dont moi , mais on s'y fait hein^^).

Pam