Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Stefan Olsdal, Steve Forrest, interview clicmusic.com, avril 2009 (interview de Placebo)

27 Avril 2009 , Rédigé par Placebo, Paroles et traductions Publié dans #PLACEBO PRESSE

Article en anglais et en français Stefan Olsdal, Steve Forrest, clicmusic.com, avril 2009
(Traduction)
PLACEBO


Traduction Pam


Article en anglais

Placebo are about to unleash their long-awaited sixth studio album 'Battle For The Sun' so we thought that it would be a great time to catch up with guitarist Stefan Olsdal and new drummer Steve Forrest for a chat about the unusually positive mood within the Placebo camp at the minute, alongside the inspiration behind the new tracks.


You have said that the album is more about stepping out of the darkness into the light. Has there been a particular event within the band's life since the drugs and drink-fuelled themes on 'Meds' and previous work that inspired you to "step out into the light"?


Stefan:
There is definitely a bigger sense of hope and optimism on this record, but Placebo's music and lyrics are never going to be like a dance in a field of flowers you know? There is always the fascination in there with the darker side of human emotions. I think with 'Meds' we explored personal human pain, it was quite under the microscope and so, it is really hard to get any darker and bleaker than 'Meds'. In a way we wanted to do something different that was a reaction to the ideas on that album, something that was about accepting the darkness but embracing the light in a way and that is shown in the title 'Battle For The Sun'. Throughout the making of the previous album and throughout the tour, Placebo was in quite an unhealthy state and since then we have made a few important decisions and I think that 'Battle For The Sun' is a bit of a new beginning and it's the celebration of a new found freedom.




Can you expand on what you mean by freedom and how that comes across through the new album?


Stefan:
Well, the situation with our previous drummer towards the end was one where we weren't communicating, and where we didn't want to write together and we didn't want to jam together - that's not a band. So it became like punching the clock and that's not what we set out to do. So, as it was myself and Brian [Molko, vocals] who started the band 15 years ago, this time, we said to each other "We need to steer this shit back on the right track". We made some hard but necessary decisions and the two of us came together to start writing again like we did back in the day. We felt that there really is still the passion for it, and although we went through some hard times, it was never a case of killing Placebo it was just a case of finding the remedy. So, we found this little blonde boy. [Stefan laughs and glances toward Steve, who in turn looks back thoroughly amused]




You have said that this album embraces thematic unity, so from the opener 'Kitty Litter' to 'Kings Of Medicine', in what ways do you think that the listener will be able to identify with the story you are telling?

Stefan:
It's going to sound very vague, but I think it's more of a description of where Placebo is as a band right now, where there is a much brighter future. The idea is that, though it might not always be easy, you can build a better life for yourself and you can be happier if you try. That's kind of what is running through the tracks; it was never set out to be a concept album at all, it's just that during the process of recording and writing the record, our situation in life basically infused with the songs to create this thematic unity.



You use a lot of different instruments on this new record, including saxophones and trumpets; do you think that utilising these instruments helped to convey the positive ideas on this album on any particular track?


Steve: I think 'Battle For The Sun' was used quite well, or 'Kings Of Medicine' with the horns. On that one, it becomes quite an 'All You Need Is Love'-style Beatles-esque happy tune. It's executed very well. They are not so much underneath everything but they are not over the top either. So, there's good usage of a lot of horns, and there's also a piccolo trumpet and some flute on there.


Stefan: Brian's very proud of that one [both laugh] because he thinks it's going to freak all the Goths out. That's actually Brian's motto: "let's freak the Goths out". We have always been seen as the purveyors of melancholy and luckily we have always had music to exorcise our demons. I think on this record we had a bit more fun and there is a bit more colour to this than on the previous ones.



Steve: There was a lot of creative freedom; I think a lot of that came from working with Dave Bottrill as well, you never felt odd or stupid. It was like, we could try everything and we would come into the studio every day and have a hug, a laugh and a fag and then we would sit down and do some writing together.


Stefan: Don't forget the lattes!

Steve: I think all that created this easy-going atmosphere, which actually in turn was a lot more productive - you didn't have any arguments with someone saying "no, I don't want to do that". So with those little noises we have like the toy keyboard ['For What It's Worth'] it was just like "why not, let's try it".


Stefan: It was Brian's twisted sense of humour. [laughs]

Steve: There was freedom to try things like that, it's like you never know it might be shit but sometimes those happy mistakes end up being the best things in a song.


David Bottrill produced and Alan Moulder mixed on this new record - what pearls of wisdom did each person bring to the band that really benefited the sound?

Stefan:
Well basically, you know Placebo made five albums prior to this one, and we all came out of those five recording sessions pretty fucking traumatised. We have always had a dysfunctional relationship with our producers in the past, God knows why? All the recording processes have been quite painful, and with this one, it's the opposite. I don't know if it’s because David Bottrill has won a couple of Grammys, so that might make him a better producer, I don't know? It's like Steve said, everything that we tried he always made it feel like what we were doing was worthwhile. He was very good at communicating and bringing out the best in us. So that was the recording process. In two months we did eighteen songs which is the fastest we have ever recorded that amount ever. Then, with Alan Moulder who is famous for doing almost all the stuff with Nine Inch Nails, as well as working with Smashing Pumpkins, Depeche Mode and White Lies. It was an absolute pleasure. Basically Alan made the music sound the way we had it in our heads, which may sound obvious to most people but it's actually difficult to do, but he did it and he made it look so easy. He was so nice, for us it was like "why haven’t we worked with you before?" It was the most painless recording session we have ever had - finally after our sixth album it feels like we have actually hit on the big league, and the A-team of producers and mixers.








What is the favourite of your albums?


Stefan:
Well, I am going to be biased obviously. It's weird because I have been listening to this new record a lot recently. The more you listen to something you don't hear it objectively, so right now it is this new record. It feels the less tortured and the most optimistic, and definitely the biggest.


Steve: [speaking to Stefan] As an outsider and someone who has not been a part of the last five records, I can only comment on this one. When I joined the band, I had to obviously study the records inside and out. Whilst the others were great bodies of work, this one has brought out all the potential that you've always had, even fifteen years later. Seeing it from an outsider's point of view and working with you on this new record, even though you have been going for so long, there was still so much potential to make this huge, brilliant, fucking record. When we got the final product, it was just like 'boom'. That's why it is my favourite, it's like all the potential that you had to put that great live energy into a record, you finally did it and I'm very happy to be a part of it.




Things seem to be going from strength to strength since Steve joined – can you tell us about one of the defining moments you have had together as a band whilst working on this album?


Steve: Well literally they said "welcome to the family"...

Stefan: You're still on trial...

Steve: Yeah we still have to tour together, but actually for me, from the very first time we played together, it just popped into my head that "this is the last band I am ever going to be in". It was on my first day and in the first five minutes playing with each other, but as soon as we started jamming 'Kitty Litter', I just felt it: "I'm not going anywhere and I am going to make damn sure I get this job and keep it, you have gone 15 years and I am going to take you 15 more". So, I think the very first time we played together was the defining moment. For me it was like this is the band I have been searching for all these years, I have played with all these different bands and dealt with different people but it was like finally I have found it, I've found the love of my life. [laughs]




Okay guys, you are hosting the perfect Placebo dinner party, you can each invite one person - dead or alive – who would you invite and why?


Stefan:
I would invite the singers from Abba, Anni-Frid and Agnetha because they would both have very interesting stories to tell. I want to coax them into coming to do some guest vocals on my side-project.


Steve: I think this is going to sound a bit typical and cliché but I would have to invite Keith Moon...

Stefan: We wouldn't see him for around two weeks. He would be on a two week bender!

Steve: I would invite him because a) he would be the only person around the table that I could talk drums with, that would care. And b) he would be brilliant, it seems like he would be a right laugh! So, yeah it would be Keith.

Can you explain to us the meaning and inspiration behind the lyrics of 'Battle For The Sun' – what are you fighting against on that track?

Stefan: Well, Brian is the main writer for this band, so the only way I can answer is by offering you my own interpretation. There's always a bit of a conflict going on in the characters that are there in the songs that he writes. I think 'Battle For The Sun' works in the same way that 'Without You I'm Nothing' did as the title track on the second album. 'Battle For The Sun' kind of puts a little umbrella over what the characters are going through in the other tracks, in the sense where the moon is in front of the sun, and when the moon is there like the umbrella, it's dark but when it moves away there is light and you can choose whether to be in the dark or in the light. You can choose to lead a happier life, it might not be easy, but you should hold on to the hope and the optimism.




Steve: It's the idea that if you love something, it's worth fighting for.


Tell us about the concept for the new video 'For What It's Worth' and what the labels in that are about?

Stefan: We worked with one of our favourite video directors, Howard Greenhalgh, who has been working with us for a long time. He has done loads of stuff for us including 'Nancy Boy', 'Bruise Pristine' and 'The Bitter End', so we had a long relationship with him that enabled us to feel more relaxed, especially now we are introducing a new member to the public. We wanted it to be quite performance based and the tags were basically about the fact that sometimes what you see, is not what is real. We wanted to play with that. People like to portray themselves as something that is completely the opposite of what is inside of them. With the lyrics, Brian describes them as being quite optimistic but if you listen to them on face value, "got no friends, got no lover", it's like "shit, you're in the gutter" but to him the song is like a celebration of life. It's that dichotomy of what you see and what you hear not always being what is actually there.






Steve: You can take a photo and it can be two people, they can be hanging out and happy but if you put a label on, it completely changes the whole meaning of it. It could be like "cunt". My favourite bit is the guy with the suitcase walking to work and it's like "detonation". It's brilliant.


Obviously when you first came out you were a bit of a slap in the face of British rock music, and now with 'Battle For The Sun' it's a new beginning for you – is there anything else you are looking forward to doing?


Stefan:
Well, I think that any band would be lying to you if they said they didn't want to be the biggest in the world, so we are still aiming for the moon you know? But, we are half way there.

Steve: I have got a few years of travelling the world to experience.

Stefan: When we played Brixton Academy for the first time, it was like "Wow", then we thought that we had made it, but there's always more things to aspire to, you know? I believe that myself and Brian chose to pursue the ambition of Placebo whereas our old drummer didn'. We just want to write that song that becomes a classic, and we haven't done that yet.



Stef, your Hotel Persona side-project is vastly different to Placebo in that it is heavily electronic. Do you get a different kind of feeling when you perform out live and when you write? We know Brian has done some vocals so will you bring Steve in next?



Stefan: Well, Steve will probably be cheaper than any other session drummer.


Steve: I'll do it for free baby!

Stefan: No, Hotel Persona is a side-project, when I'm not doing Placebo. I explore more of the entertainment side of making music, you know, it's more electro and it's more dance and a bit more pop-oriented. There would be no point in doing another Placebo. I mean on the first album, I got Samantha Fox in there! I guess as a musician not everything I write is going to be right for Placebo. Saying that, whenever I write a song, it always goes to Brian first and it's like "hey, do you feel this?" If he does feel it, then it becomes a Placebo song and if not, it becomes something for Hotel Persona.



Steve, how long have you been living in London now and how are you enjoying it?

Steve: I've been here for about a year and a half now and I have loved it, I have always wanted to live in London. I'm a California boy but for some reason I have always had an obsession with England. I think in my past life I was a Brit or something. I've always wanted to move here. It was a bit hard, it was hundreds of miles and my first time ever coming here and then moving here. The only people I knew were my bandmates who are all in their mid-30s and have their own lives, so it was like "see you at rehearsal". It was a little like starting all over again but it was a brilliant adventure and I think it definitely forced me to grow up a lot faster, it grounded me and got me prepared to be in the position that I am.





Stefan: This is the kind of guy that walks into a pub and half an hour later he will be like, "hey Stef, meet my funny new friends". He goes out and then says, "oh yeah I went out last night, I met Clive Owen, I had a chat with him".

In what ways do you feel that Placebo have come full circle? Does it at all like it did back at the beginning?


Stefan:
Well, it's like we have a future again, which during the 'Meds' period was not the case you know. The future seems a lot less daunting.


Steve: I am psyched, I mean honestly, it sounds like every musician's story but since I was a kid, I always knew that this is what I wanted to do, I never went to college and I barely even went to high-school. I would just basically lock myself away in my room for as long as possible and just play and go to gigs, I was constantly studying music in any way that I could. I had all these part-time really shitty jobs just to get money for new equipment, to crawl my way up to this point it's the best feeling in the world. For the future it' like things can only get better from here. Of course there will be highs and lows, but it's going to be a privilege to have those times and I don't ever want it to end.

Dom Smith
Article en français

Placebo est sur le point de sortir son très attendu sixième album studio, "Battle For The Sun", alors on a pensé que c'était le bon moment de  rencontrer le guitariste Stefan Olsdal et le nouveau batteur Steve Forrest pour une discussion à propos  de l'ambiance extraordinnairement positive au sein du camp Placebo en ce moment, et de l'inspiration qui se cache derrière les nouveaux morceaux.

Vous avez dit que l'album parle plus de sortir de l'obscurité pour entrer dans la lumière. Y at-il eu un événement particulier dans la vie du groupe, puisque la drogue et la boisson ont nourrit les thèmes  de "Meds" et de vos albums précédent qui vous à poussé à "entrer dans la lumière"?

Stefan: Il y a définitivement un plus grand sentiment d'espoir et d'optimisme sur cet album, mais la musique de Placebo et les paroles ne seront jamais comme une danse dans un champ de fleurs, tu vois? La fascination avec le côté sombre des émotions humaines est toujours là. Je pense qu'avec "Meds", nous avons exploré la douleur humaine, c'était comme utiliser un microscope, alors c'est vraiment difficile de faire quelque chose de plus sombre et déprimant que "Meds". Dans un sens, nous avons voulu faire quelque chose de différent, c'était une réaction aux thèmes de cet album, quelque chose comme accepter la noirceur mais aussi d'une certaine manière embrasser la lumière, c'est ce qu'exprime le titre "Battle For The Sun". Tout au long de la réalisation de l'album précédent et tout au long de la tournée, Placebo était dans une situation malsaine, et, depuis, on a dû prendre des décisions importantes et je pense que "Battle For The Sun" est un peu un nouveau départ et c'est la célébration d'une nouvelle liberté trouvée.

Pouvez-vous développer ce que vous voulez dire par liberté et de quelle manière on le retrouve dans le nouvel album?

Stefan: Eh bien, vers la fin avec notre batteur précédent, on était dans une situation où on ne communiquait plus et où on n'avait pas envie d'écrire ensemble, de jammer ensemble - c'est pas être un groupe. Donc, c'était comme pointer à l'usine et ce n'est pas ce que nous avions envie de faire. Alors, comme c'est Brian [Molko, chant] et moi-même qui avons créé le groupe il ya 15 ans, cette fois, on s'est dit "Il faut qu'on ramène cette connerie sur la bonne voie". Nous avons pris des décisions difficiles mais nécessaires, et nous nous sommes tous les deux réunis pour commencer à écrire de nouveau comme nous le faisions autrefois. On s'est rendu compte que ça nous passionait encore de faire ça, et même si nous avons traversé des moments difficiles, il n'a jamais été question de mettre fin à Placebo, il fallait juste trouver le remède. Donc, nous avons trouvé ce petit garçon blond. [Stefan rie et regarde vers Steve, qui à son tour le regarde amusé]

Vous avez dit que cet album présente une unité thématique, donc de "Kitty Litter"  qui ouvre l'album à "Kings of Medicine", à votre avis comment  l'auditeur va pouvoir s'identifier à l'histoire que vous racontez ?

Stefan:
ça va sembler très vague , mais je pense que c'est plus une description de là où se situe Placebo en tant que groupe à l'heure actuelle, là où un avenir plus radieux existe. L'idée c'est que, même si ce n'est pas toujours facile, vous pouvez vous construire une vie meilleure et être  plus heureux si vous vous donnez la peine d'essayer.  C'est un peu ce qui ressort des morceaux; il n'a jamais été question d'album concept, c'est juste que pendant l'enregistrement et l'écriture de l'album, en gros ce que nous vivions à ce moment là a déteint sur les chansons pour créer cette unité thématique.

Vous utilisez beaucoup d'instruments sur ce nouveau disque, y compris des saxophones et des trompettes, pensez-vous que l'utilisation de ces instruments a permis de transmettre les idées positives de cet album sur un morceau en particulier?

Steve: Je pense que "Battle For The Sun" véhicule bien ça, ou "Kings Of Medicine" par les cors. Sur celui-là, ça devient presque un morceau joyeux du style "All You Need Is Love" des Beatles. Il est très bien réalisé. Ils (Ndlt : les cors) ne sont pas vraiment sous-représentés par rapport au reste, mais pas trop présents non plus. Donc, il ya une bonne utilisation de beaucoup de cors, et il y a aussi un piccolo et un peu de flûte dessus.

Stefan: Brian est très fier de celui-là [ils rient tous les deux], car il pense que ça va faire flipper tous les Gothiques.  C'est en fait la devise de Brian: "Faisons flipper les Gothiques". Nous avons toujours été considérés comme les fournisseurs de la mélancolie et, heureusement, nous avons toujours eu la musique pour exorciser nos démons. Je pense que sur ce disque, on s'est un peu plus amusé et il ya un peu plus de couleurs sur celui-là comparé aux précédents.

Steve: Il y avait beaucoup de liberté créatrice, et je pense que ça vient aussi en grande partie du fait de travailler avec Dave Bottrill, tu ne te sentais jamais bizarre ou stupide. C'était comme si nous pouvions tout essayer et on venait tous les jours au studio et on faisait un calin, on rigolait et on fumait une clope puis ensuite on allait s'asseoir pour écrire un peu ensemble.

Stefan: N'oublie pas les cafés-crème !

Steve: Je pense que tout ça a créé cette atmosphère détendue qui, en réalité, a été beaucoup plus productive - vous ne pouvez pas argumenter avec quelqu'un qui dit "non, je ne veux pas faire ça". Donc, avec ces petits sons que nous avons, comme le jouet clavier ["For What It's Worth"], c'était simplement du genre "pourquoi pas, on essaye".

Stefan: c'était le sens de l'humour tordu de Brian. [rires]

Steve: On avait la liberté d'essayer des trucs comme ça, on ne sait jamais, ça peut être de la merde, mais parfois ces heureuses erreurs finissent par être ce qu'il y a de mieux dans une chanson.

David Bottrill a produit et Alan Moulder a mixé ce nouvel album - quelles perles de sagesse apportées par chacun d'eux ont vraiment été profitables au son?

Stefan:
Eh bien, au fond, vous savez que Placebo a fait cinq albums avant celui-ci, et on est tous sortis de ces cinq sessions d'enregistrement foutrement traumatisés. Nous avons toujours eu une relation dysfonctionnelle avec nos producteurs par  le passé, Dieu sait pourquoi ? Tous les enregistrements ont été très douloureux, et celui-ci, c'est le contraire. Je ne sais pas si c'est parce que David Bottrill a remporté deux Grammys, de sorte que  ça pourrait faire de lui un meilleur producteur, je ne sais pas ? Comme dit Steve, tout ce que nous avons essayé, il nous a toujours donné l'impression que ce que nous faisions en valait la peine. Il était très bon, pour communiquer et faire ressortir ce qu'il y a de meilleur en nous. Donc c'était le processus d'enregistrement (Ndlt : la perle de sagesse de Dave Bottrill). En deux mois, nous avons fait dix-huit chansons ce qui est le plus rapide que nous ayons jamais fait. Puis, avec Alan Moulder, qui est célèbre pour faire presque tous les trucs de Nine Inch Nails, ainsi que pour avoir travaillé avec les Smashing Pumpkins, Depeche Mode et White Lies. C'était un pur plaisir. En gros, Alan a fait  sonner la musique de la façon dont on l'imaginait dans nos têtes, ce qui peut paraître évident pour la plupart des gens, mais c'est en fait difficile à faire, mais il l'a fait et il a fait en sorte que ça ait l'air si facile. Il était si gentil, pour nous c'était comme "pourquoi on n'a pas bossé avec toi avant ?" C'était la session d'enregistrement la plus indolore que nous ayons jamais faite - finalement, après notre sixième album, il semble que nous soyons enfin tombé dans la cour des grands, et sur l'équipe de choc de producteurs et de mixeurs.

Parmi vos albums, quel est votre favori?

Stefan: Eh bien, je vais être partial évidemment. C'est bizarre parce que j'ai beucoup écouté ce nouvel album récemment. Plus vous écouter quelque chose moins vous l'entendez de façon objective, de sorte que maintenant c'est ce nouvel album. Il semble être le moins torturé et le plus optimiste, et definitivement le plus long.

Steve: [parlant à Stefan] Etant de l'extérieur, et n'ayant pas participé aux cinq derniers albums, je ne peux que commenter sur ce dernier. Lorsque j'ai rejoint le groupe, j'ai dû évidemment étudier sous toutes les coutures les albums. Alors que les autres représentent du très beau travail, celui-ci a fait ressortir tout le potentiel que vous avez toujours eu, même quinze ans plus tard. Voir ça d'un point de vue extérieur et travailler avec vous sur ce nouveau disque, même si vous êtes là depuis si longtemps, il y avait encore tellement de potentiel pour faire cette énorme, génial, putain d'album. Quand on a écouté la version finale de l'album c'était comme un «boom». C'est pour ça que c'est mon préféré, c'est comme si tout le potentiel que vous aviez à mettre  dans un disque, cette incroyable énergie, vous l'avez finalement fait et je suis très heureux d'y avoir participé.

Les choses semblent aller de mieux en mieux depuis que Steve vous a rejoint - pouvez-vous nous raconter l'un de ces moments que vous avez eu ensemble en tant que groupe pendant que vous travailliez sur cet album?

Steve: Et bien ils ont dit littéralement "bienvenue dans la famille" ...

Stefan:Tu es encore en période d'essai ...

Steve: Oui, nous devons encore tourner ensemble, mais en fait, pour moi, dès la première fois que nous avons joué ensemble, ça m'a tout de suite traversé l'esprit "c'est le dernier groupe dans lequel je serai". C'était mon premier jour et durant les cinq premières minutes où on a joué les uns avec les autres, mais dès que nous avons commencé à bosser sur "Kitty Litter", je l'ai simplement ressenti: "Je ne vais nulle part et je vais faire tout ce qu'il faut pour obtenir ce job et le garder, vous êtes là depuis 15 ans et je vais vous prendre 15 ans de plus". Alors, je pense que la toute première fois que nous avons joué ensemble a été le moment décisif. Pour moi, c'était comme si c'était le groupe que je recherchais depuis toutes ces années, j'ai joué avec tous ces différents groupes et eu affaire à différentes personnes, mais finalement je l'ai trouvée, j'ai trouvé l'amour de ma vie . [rires]

Bon les gars, vous organisez le dîner parfait pour Placebo, vous pouvez inviter une personne de chaque - morte ou vivante -, qui vous invitez et pourquoi?

Stefan: J'inviterai les chanteurs d'Abba, Anni-Frid et Agnetha, parce qu'ils ont des histoires très intéressantes à raconter. Je veux les amadouer pour qu'ils viennent en guest sur mon side-project (Ndlt : Hotel Persona).

Steve: Je pense que cela va paraître un peu cliché et typique mais j'inviterai Keith Moon ...

Stefan: On ne le verrait pas pendant deux semaines. Il aurait une cuite qui durerait deux semaines !

Steve: Je l'inviterai parce que: a) il serait la seule personne autour de la table avec qui je pourrai parler batterie, qui en aurait quelque chose à faire. Et b), il serait brillant, j'ai l'impression qu'il serait très drôle ! Alors, oui, ce serait Keith.

Pouvez-vous nous expliquer le sens et l'inspiration derrière les paroles de "Battle For The Sun" - contre quoi vous vous battez sur ce morceau?

Stefan: Eh bien, Brian est le principal parolier dans ce groupe, donc la seule réponse que je peux vous offrir c'est ma propre interprétation. Il y a toujours un conflit qui se développe chez les personnages des chansons qu'il écrit. Je pense que "Battle For The Sun" fonctionne de la même façon que "Without You I'm Nothing" comme chanson-titre du deuxième album. "Battle For The Sun" met en quelque sorte un parapluie au-dessus de ce que les personnages traversent dans les autres morceaux, dans le sens où la lune se trouve devant le soleil, et quand la lune est là comme parapluie, il fait nuit, mais quand elle se déplace, il y a de la lumière et vous pouvez choisir soit d'être dans l'obscurité soit dans la lumière. Vous pouvez choisir de mener une vie plus heureuse, c'est peut-être pas facile, mais vous devez vous raccrocher à l'espoir et l'optimisme.

Steve: L'idée c'est que, si vous aimez quelque chose, ça vaut la peine de vous battre pour ça.

Parlez-nous du concept du nouveau clip "For What It's Worth' et à quoi correspondent les étiquettes?

Stefan:
Nous avons travaillé avec l'un de nos réalisateurs préférés, Howard Greenhalgh, qui travaille avec nous depuis longtemps. Il a fait beaucoup de choses pour nous, y compris «Nancy Boy», «Bruise Pristine» et «The Bitter End», donc nous nous connaissons depuis très longtemps ce qui nous a permis de nous sentir plus détendu, en particulier maintenant que nous présentons un nouveau membre au public. Nous voulions qu'il soit basé plutôt sur la prestation du groupe et les étiquettes parlent principalement du fait que, parfois, ce que vous voyez, n'est pas ce qui est réel. Nous avons voulu jouer avec ça. Les gens aiment se présenter comme une personne qui est complètement à l'opposé de ce qu'ils sont à l'intérieur. Pour ce qui est des paroles, Brian les décrit comme étant très optimistes, mais si vous les écouter au premier degré, "j'ai pas d'amis, pas d'amant", c'est comme "merde, vous êtes dans le caniveau", mais pour lui, la chanson est comme une célébration de la vie. C'est cette dichotomie entre ce que vous voyez et ce que vous entendez qui n'est pas toujours ce qui est effectivement là.

Steve: Vous pouvez prendre une photo et ça peut être deux personnes, ils peuvent traîner ensemble et être heureux, mais si vous mettez une étiquette sur eux ça change complètement le sens de tout ça. On pourrait mettre "salope". Mon préféré c'est le mec avec la valise qui va à pied au travail et c'est "detonation". C'est brillant.

De toute évidence, quand vous avez débarqué vous étiez un peu  comme une gifle au visage de la musique rock britannique, et aujourd'hui avec "Battle For The Sun", c'est un nouveau départ pour vous - y a t-il quelque chose d'autre dont vous ayiez envie ?

Stefan: Eh bien, je pense que tout groupe vous mentirait s'il disait qu'il ne veut pas être le plus grand groupe du monde,  on cherche encore à décrocher la lune, tu vois ? Mais, nous sommes la moitié du chemin.

Steve: J'ai quelques années à parcourir le monde pour acquerir de l'expérience.

Stefan: Quand nous avons joué Brixton Academy pour la première fois, c'était comme "Wow", puis nous avons pensé que c'était bon, mais il ya toujours de plus en plus de choses auxquelles tu aspires, tu vois ? Je pense que Brian et moi-même avons choisi de continuer à avoir de l'ambition pour Placebo alors que notre ancien batteur non. Nous avons juste envie d'écrire cette chanson qui devient un classique, et nous l'avons pas encore fait.

Stef, ton projet parallèle Hotel Persona est très différent de Placebo dans la mesure où il est très électro. Eprouves-tu les choses différemment quand tu joues en live et que tu composes ? Nous savons que Brian vous a prêté sa voix , alors vas-tu faire participer Steve pour la suite ?


Stefan: Eh bien, Steve sera probablement moins cher que n'importe quel autre batteur de session.

Steve: Je vais le faire gratuitement chéri !

Stefan: Non, Hotel Persona est un side-project, quand je ne travaille pas avec Placebo. J'explore plus le côté animation dans le fait de faire de la musique, tu sais, c'est plus électro et c'est plus de la dance et un peu plus orienté pop. Ca n'aurait aucun intérêt de faire un autre Placebo. Je veux dire sur le premier album, j'ai réussi à avoir Samantha Fox dessus ! Je suppose que comme musicien tout ce que j'écris ne va pas être bon pour Placebo. En parlant de ça, chaque fois que j'écris une chanson, elle va toujours à Brian premier et c'est un peu comme "hey, comment tu la sens ?" S'il la sent, alors ça devient une chanson de Placebo sinon, ça devient quelque chose pour Hotel Persona.

Steve, depuis combien de temps vis-tu à Londres maintenant et est-ce que tu t'y plait ?

Steve: Je suis ici depuis environ un an et demi maintenant et j'adore vivre ici, j'ai toujours voulu vivre à Londres. Je suis un garçon de la Californie, mais pour une raison quelconque, j'ai toujours été obsédé par l'Angleterre. Je pense que dans ma vie antérieure, j'étais britannique ou quelque chose comme ça. J'ai toujours eu envie de m'installer ici. Ca a été un peu difficile, c'était à des centaines de miles et ma toute première fois ici et ensuite j'ai déménagé ici. Les seules personnes que je connaissais étaient mes amis du groupe qui ont tous la trentaine et ont leur propre vie, alors c'était comme "on se voit à la répétition". C'était comme repartir de zéro, mais c'était une aventure géniale et je crois que définitivement ça m'a forcé à grandir beaucoup plus vite, ça m'a beaucoup appris, ça m'a préparé à occuper la position dans laquelle je suis.

Stefan: C'est le genre de gars qui entre dans un pub et une demi-heure plus tard, il te dira "Hey Stef, vient rencontrer mes nouveaux amis sympa". Il sort et dit, "oh oui je suis sorti la nuit dernière, j'ai rencontré Clive Owen, j'ai discuté avec lui.

De quelle manière pensez-vous que placebo revient au point de départ ? Est-ce que ça ressemble à ce qui s'est passé à vos débuts ?

Stefan:
Eh bien, c'est comme si nous avions un avenir à nouveau, ce qui n'était pas le cas durant la période "Meds" tu sais. L'avenir semble beaucoup moins effrayant.

Steve: Je suis très enthousiaste, je veux dire, honnêtement, ça ressemble à l'histoire de n'importe quel musicien, mais depuis que je suis gosse, j'ai toujours su que c'était ce que je voulais faire, je ne suis jamais allé à l'université et je suis à peine allé au lycée. En gros je m'enfermais dans ma chambre le plus longtemps possible et je ne faisais que jouer ou aller à des concerts, je passais mon temps à étudier la musique de toutes les manières possibles. J'ai eu tous ces emplois de merde à temps partiel juste pour gagner de l'argent pour de nouveaux équipements, d'avoir cheminer jusqu'ici, j'en retire beaucoup de fierté. Pour ce qui est de l'avenir, les choses ne peuvent qu'aller de mieux en mieux à partir de là. Bien sûr, il y aura des hauts et des bas, mais ça va être un privilège de vivre ces moments et je veux que jamais ça ne s'arrête.

Dom Smith

Stefan Olsdal, Steve Forrest, interview clicmusic.com, avril 2009

Source : clicmusic.com



Retour Presse

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

Beran 01/05/2009 17:53

Merci pour la traduction, elle est super intéressante cette interview, c'est vrai que c'est sympa de voir Stef et Steve s'exprimer, au moins Brian ne monopolise pas l'attention lol!

Cate 01/05/2009 15:10

Je pense aussi que c'est l'album de la dernière chance pour placebo, quand on voit les critiques de l'album qui sont parues dernièrement, c'est bien ce que sous-entendent les journalistes (je ne dis pas que les journalistes sont la Bible, mais pour une fois je me rallie à leur côtés lol).C'est pour ça que je suis d'autant plus impatiente de l'écouter. Et même si de nombreux groupes comme tu dis Anä se sont relevés après un échec commercial, un deuxième échec commercial après autant de remue ménage dans le groupe serait quand même je pense dangereux.

Anä 01/05/2009 09:59

Je comprends ce que tu veux dire Pam, je ne m'étais pas mise à leur place... pour moi ce n'est pas essentiel qu'ils fassent de bonnes ventes même si pour eux c'est clair que c'est important. Je disais surtout ça dans le sens que j'étais ravie qu'ils se "battent" pour conserver Placebo et qu'actuellement, ils ne pense pas arréter d'ici plusieurs années. Après j'espère que si cet album ce solde par un flop commercial, ils auront assez "l'amour de la musique" pour rééssayer et rester en scelle en tant que Placebo... après tout, plusieurs groupes ont réussi à remonter une pente après un mauvais album.

Anä 30/04/2009 19:47

En effet, vraiment bien cet article... ca fait plaisir de lire Stef répondre aux questions sans pour autant avoir l'avis du père Molko ^^ ! Ravie de constater l'énergie et l'envie de New Steve ! Ravie de voir aussi qu'ils ont l'air plus "emballés" que d'habitude quant à l'enregistrement de l'album, même s'ils avaient l'air assez content pour Meds et SWG, cette fois, ils donnent vraiment l'impression d'avoir eu une réelle libertée artistique, ce qui est bien. J'espère que Forrest nous donnera plus souvent son avis qu'Hewitt en interview, en plus : je sens que je vais aimer son humour moi :-p...Et enfin hyper ravie de savoir que Placebo à encore de longues années devant lui ! Enjoy !

Placebo, Paroles et traductions 01/05/2009 01:10


Je ne sais pas si Placebo a encore de longues années devant lui, je ne sais pas si le groupe survivrait à un deuxième "échec" comme celui de Meds (qui on peut le rappeler n'est arrivé que 34ème des
ventes en France en 2006 alors que Sleeping With Ghosts était arrivé 12ème en 2003 et 15ème en 2004).
Pour que le succès soit au rendez-vous il va quand même falloir que l'album soit très très bon parce qu'ils ne peuvent pas se reposer sur leur simple réputation, les ventes de Meds l'ont montré.
Ils ont besoin je pense de sortir un tube "à la Bitter End" pour se faire de nouveau remarquer, et même si For What It's Worth est finalement bien sympa, c'est quand même loin d'être un tube en
puissance... j'espère qu'ils ont d'autres munitions sinon le décollage risque de se faire attendre...
Stefan est quand même très clair, leur but c'est la notoriété et remplir un jour des stades (ben oui ils aspirent quand même à devenir le plus grand groupe du monde...), si leurs résultats ne
rencontrent pas leurs ambitions, je ne suis pas certaine qu'ils passent le cap du 6ème album studio...

Pam


Sydney 30/04/2009 01:11

Ohhh le pauvre " jeune steeve" (comme l'apelle Brian ) !!Non sérieusement, moi je le plaind pas au contraire, il a une chance folle, être projeter comme ça dans un groupe qui a déjà 15 ans de succès derrière lui, ça le fait !!! Après certe, il doit vivre sa vie tout seul à Londres, mais bon ... c'est un peu le tribu à payer:!!!lolet puis je pense pas qu'il est envie d'être toute le temps coller au basques de stef ou Brian !!J'espère que tout ce passera bien, qu'il nous ferons de la bonne musique, c'est tout ! C'est sur un blondinet de 20 ans tatoué, ca fait un peu " tache" sur l'image ((c'est une façon de parler hein, je dit pas que c'est une vraie tache!! lol !! je me premetrais pas ^^ parole de batteuse!lol), mais bon je pense qu'ils nous faudra un peu de temps encore avant de s'y être habitué !Perso, je cède  ma place pour courrir dans les rues de Londres a sa recherche ... jme dirigerais plus en direcion d'une certaine " Molkode toillette" SyD ^^