Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Brian Molko, Kerrang!, 01 juillet 2009 (traduction)

2 Juillet 2009 , Rédigé par Placebo Wordz, Paroles et traductions Publié dans #PLACEBO PRESSE

Brian Molko, Kerrang!, 01 juillet 2009
(Traduction)
PLACEBO

Article en français
Traduction de l'interview : Pam

Lire l'article en anglais
BRIAN MOLKO

La malle au trésor : Brian Molko
Portrait intime d'une vie dans le rock

LE SUJET ...

QUAND ILS ont percé, les yeux charbonneux, battant des cils et jouant les travestis, Placebo se retrouvent très vite l'agent perturbateur dans la culture  britpop qui a pour fondations la bière, l'affectation et le machisme. C'était une chose pour laquelle ils - et en particulier, le leader androgyne Brian Molko - étaient aussi bien adulés que détestés. Son charme glamour équivoque et le fait que personne ne pouvait vraiment mettre le doigt sur sa sexualité, son identité, ou même, d'ailleurs, l'origine du groupe - Molko est né à Bruxelles et le bassiste Stefan Olsdal est suédois - a engendré à la fois le questionnement et le dégoût, à la grande joie du groupe. Leurs deux premiers albums melangeaient le rock criard avec du punk disco avant une incursion dans la dance music avec leur troisième et, en partie, leur quatrième album. Récemment, leur songwritting a évolué vers une certaine maturité sur le sombre Meds et sur leur album du moment  Battle For the Sun. Il ne faut  donc peut-être pas s'étonner qu'ils aient tranquillement vendu plus de 10 millions d'albums.


PLACEBO
(Virgin, 1996)
UN PREMIER ALBUM DECOIFFANT


BRIAN : "La plus grande partie de l'album a été écrite dans un HLM à Deptford. Notre son et notre apparence était une réaction à cet endroit. Mais aussi, notre cross-dressing et se travestir était une déclaration politique contre la scène musicale de l'époque qui était très macho. On voulait se rebeller contre ça et que ce soit pris en considération. Il n'y a pas de meilleure façon de le faire que de se maquiller à la truelle, porter une jupe et jouer avec les gens. Les gens nous détestait pour ça et j'adorais ça. PLACEBONe pas obtenir de réaction aurait été comme un violent rejet pour moi à l'époque. Quand je repense à l'album, je vois de la naïveté, des occasions manquées et des erreurs. Mais tu peux te torturer les méninges à cause de ça ou tu peux tout simplement accepter que ça fait partie de toi. Je vois Nancy Boy de la même manière que j' imagine Radiohead considérer Creep. J'aurais simplement voulu que la chanson qui nous a propulsés sous les projecteurs soit un peu mieux écrite. C'est les paroles qui me hérissent le plus. Elles me représentent en train d'essayer de trouver ma place. Il vous faut écouter les morceaux de l'album pour savoir où j'en étais vraiment."

LE SAVIEZ-VOUS : Le réalisateur du clip qui a accompagné le single 36 Degrees, Chris Cunningham, affirme avoir fait pleurer Molko pendant le tournage, en obligeant le chanteur à se geler dans l'eau froide pendant des heures et des heures alors qu'il filmait.


WITHOUT YOU I’M NOTHING
(Virgin, 1998)
LA PERCÉE


BRIAN : "À ce moment là on a compris que la formule power trio qu'on avait explorée sur le premier album nous limitait. Nous voulions faire un disque qui était plus complexe en termes d'arrangements et d'instrumentation. En un sens, le premier album a été le modèle et celui-ci le son de Placebo qui commence à s'épanouir. Without You I'm NothingCependant c'est un disque qui est né de beaucoup de difficultés. On avait une relation très difficile avec notre producteur [Steve Osborne, Thrice, Elbow, Suede] alors il y avait là beaucoup de frustration et de déprime. Cela dit, nous sommes un groupe qui a vraiment besoin d'une certaine dose de conflit pour progresser."

LE SAVIEZ-VOUS : La chanson que Brian Molko déteste le plus dans le catalogue de Placebo est Pure Morning le morceau qui ouvre Without You I'm Nothing. "Nous ne jouerons plus jamais cette chanson," admet-il.



BLACK MARKET MUSIC
(Virgin, 2000)
LA NOUVELLE DIRECTION


BRIAN : "Nous étions très imbus de nous-même et plein d'arrogance quand nous sommes entrés en studio pour celui-ci. On sortait d'une tournée couronnée de succès et on avait l'impression d'avoir vraiment explosé. On se sentait  comme des cow-boys du rock! On était aussi très fortement sous influence narcotique et on commençait à sombrer dans la drogue. Ce qui explique probablement pourquoi il a fallu neuf mois pour faire l'album.
BLACK MARKET MUSICLa drogue a également contribué à une certaine dose d'arrogance. C'est tout du moins ce dont je me souviens de cette époque. Je pense qu'on avait ce désir d'écrire sur le monde qui nous entourait. On trouvait ça cool, alors que d'autres étaient un peu réticents à l'idée se salir les mains, de prendre sur nous d'écrire là-dessus. Je pense que cet album a été le début de nos essais de mélange des genres. On détestait tellement le rap-rock, les groupes comme Limp Bizkit et tout ce qu'ils représentaient - la misogynie, l'homophobie, et le commercial - que nous voulions en faire notre propre version."

LE SAVIEZ-VOUS : Placebo et Fred Durst ont eu une violente dispute à New York qui a conduit le chanteur de Limp Bizkit à être éjecté de la salle. «Il était l'animateur d'une soirée où on jouait et a dit des trucs horribles sur nous sur scène», se souvient Molko. "Notre manageur l'a mis dehors. C'est vraiment une lopette. Mon manager est une femme. Il a été mis dehors par une fille."


MEDS
(Virgin, 2006)
L'ALBUM DE LA DROGUE


BRIAN : "C'était le début de la fin pour le groupe et notre façon de gérer la situation a été de nous anesthésier au maximum. Quand Stef et moi écoutons des morceaux de l'album on se regarde et on se demande, "Euh ... qui joue quoi sur  cette chanson?". MEDSIl ya des passages dessus, comme Cold Light Of Morning, qui sont douloureux à écouter aujourd'hui. Je ne me souviens pas qu'on ait été à ce point au fond du trou auparavant. Je pense que c'est un album très puissant, émotionnellement, et en dépit des circonstances dans lesquelles il a été enregistré, il est parfaitement exécuté. C'est juste très sombre et il n'offre pas beaucoup d'espoir."

LE SAVIEZ-VOUS : Le thérapeute de Molko aime utiliser Meds pour analyser le chanteur. «C'est une fenêtre ouverte dans ma putain de tête", dit Molko. "J'aurais dû lui envoyer un exemplaire plus tôt, j'aurais économisé sur certains honoraires !"


Brian Molko, Kerrang!, 01 juillet 2009

Source : Kerrang!


Retour Presse

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

julie 07/07/2009 13:40

C'est vraiment sympa à vous d'avoir mis en ligne cette "interview" un peu spéciale ...Mais, par contre, je comprends pas trop pourquoi Brian n'aime pas Pure Morning, car moi c'est une de mes chansons préférées, et puis il avait dit aussi dans l'interview juste avant le concert du Main Square (que vous avez mis en ligne c'est cool ) que le groupe n'aimait pas non plus jouer Nancy Boy.Mais si je me souviens bien, ils l'ont jouée sur la tournée de Meds (ils affirmaient que cette chanson ils l'avaient longtemps détesté mais que maintenant ils se sentaient mieux avec elle je crois, un truc comme ça ) et puis Pure Morning ils l'ont également faite lors du concert qui a été filmé en 2003 à Paris (je ne sais pas si ils ont continué à la jouer lors du reste de la tournée ...) ; peut-être que c'était par obligation mais je trouve ça bizarre quand même ....Et puis, toujours dans l'interview sur Virgin 17, Brian nous dit que Nancy Boy et Pure Morning sont leurs 2 plus gros succès ... Pour moi, ça serait plutôt The Bitter End, qui a été quand même leur plus gros carton non ?? On l'entendait tout le temps à la radio, et quand on disait Placebo, on pensait tout de suite à The Bitter End ... Mais ils continuent quand même à la jouer cette chanson, malgré le fait qu'ils n'aiment pas jouer leurs chansons les plus connues! C'est étrange je trouve ...J'aurais bien vu également Taste In Men dans leurs plus gros succès mais ce n'est que mon avis (en même temps, Brian connait évidemment mieux les chiffres des ventes de leurs singles que moi !)Donc je m'étonne un peu de voir que Nancy Boy et Pure Morning aient fait un si gros carton (plus que The Bitter End apparemment) et que Placebo ne veuille pas les jouer sur scène, ce qui ferait pourtant plaisir à tous leurs fans

Placebo Wordz, Paroles et traductions 07/07/2009 23:47


Pure Morning et Nancy Boy sont les titres de Placebo qui ont le plus marché en Grande Bretagne. Pure Morning avait même fait une petite perçée aux USA. Je ne suis pas certaine non plus que ça
dépasse en chiffre de vente le succès qui est arrivé avec The Bitter End, mais ce que je sais, c'est qu'en Angleterre ça n'a pas aussi bien marché que Nancy Boy.

Il est possible que Brian ne parle pas de ventes, mais de reconnaissance, en particulier dans les pays anglo-saxons. Ce qui serait significatif de l'importance toute relative pour eux de ce qui se
passe en France. Ceci dit même s'il parle de chiffre, ça pourrait se tenir aussi, parce qu'après tout, ils ne vendent pas qu'en France.

Il faudrait les chiffres pour confirmer tout cela. Et je les ai pas


Nad


ling 04/07/2009 23:59

il n'y a pas l'album sleeping with ghosts est ce normale? 

Placebo Wordz, Paroles et traductions 05/07/2009 00:13


Oui, apparemment Kerrang! met Sleeping with ghosts et Black market music dans le même panier (cf. l'intro de l'article) .

Pam


Cate 02/07/2009 15:17

Merci pour l'article, c'est toujours intéressant de voir comment un artiste voit son travail avec un peu de recul, et tout ce qu'il dit sur Black Market Music est tellement vrai, c'est bien d'avoir un regard objectif sur le passé, parce que c'est clair qu'à cette période ils étaient vraiment incroyablement orgueilleux et completement stone .

Placebo Wordz, Paroles et traductions 02/07/2009 20:36


Oui, c'est aussi ce que j'ai trouvé intéressant, le regard qu'il a sur les album avec le recul, et c'est agréable de voir que son point de vue n'a rien de surprenant.

Pam