Placebo Wordz, paroles et traductions des chansons de Placebo

Stefan Olsdal, Steve Forrest, ilikemusic.com, mai 2009 (interview)

18 Mai 2009 , Rédigé par Placebo, Paroles et traductions Publié dans #PLACEBO PRESSE

Article en anglais et en français Stefan Olsdal, Steve Forrest, ilikemusic.com, mai 2009
(Traduction)
PLACEBO


Traduction Pam


Article en anglais

Placebo Chat To I Like Music

Formed in London in 1994, Placebo have now finished the recording of their sixth album Battle For The Sun. The band currently consists of Brian Molko, Stefan Olsdal and Steve Forrest. With a back catalogue consisting of five studio albums, six EPs and twenty-seven singles they have gathered a strong fan base worldwide.

I Like Music caught up with Stefan Olsdal and new addition to the band Steve Forrest to chat about their sixth album, the difficulties they faced before Steve joined the band and the effect that digital media has had on both Placebo and the music industry as a whole.



"I Like Music because… it allows you to be everything you're not supposed to be."
STEVE FORREST, PLACEBO

"I Like Music because… it makes my life worth living."
STEFAN OLSDAL, PLACEBO


ILM: Where does Battle For The Sun sit in the Placebo journey so far?


Stefan: The record was completely self funded. Our contract ran out with EMI with Meds, the last record. We also recorded it in North America, the first time we've been outside of Europe to record a record. All these factors contributed to a sense of 'anything is possible' I think. We tend to make albums in a reaction to our previous record. So Meds, is not a bad album you know, but it's quite dark. It's very much about self medication really. It was the beginning of a band that was starting to have a disease. It was a band that was not healthy. Throughout the Meds recording sessions and the Meds tour it was the end of Placebo mark two.



ILM: When did you become aware of that?

Stefan: Brian and I came together at the end of the Meds tour and said "Listen. This band is not in a place to achieve better things, to become a better band." So yeah, choices and decisions have been made over the last couple of years and I think Battle For the Sun is like a new born band in a way. The record has more light, more hope and more optimism. Placebo have gone through real changes in the last couple of years. The most obvious is Steve Forrest our newest member! He's like a little brother you know!




ILM: So Battle For The Sun marks the beginning of a new chapter?

Stefan: Yes. The future seems a lot brighter now than it used to. I don't wake up in a panic anymore. I wake up quite happy to come to work and see my boys, whereas before it was a traumatic experience.

ILM: Have those changes affected the Placebo process of making music?


Stefan: Absolutley. I think we hit on a creative relationship. It was a situation where we would walk into the rehearsal room and there would be no tension. Brian and I had been used to walking into a studio full of tension for such a long time. There was a sense of freedom.



ILM: Battle For The Sun uses both strings and horns. How will these elements transfer across to your live show? What can we expect if we come to see Placebo this summer?


Stefan: When the band started in 1996, there was three. Now there are six on stage. So we've basically doubled in size! When we're in the studio recording we don't think about how we will transfer to live. We're recording songs. We don't limit ourselves, you know? We first started using strings on Meds. We did decide to continue that with Battle For The Sun, plus the addition of horns. We tend to complicate our lives with every record! This has led us to having six people on stage. It's pretty much a new Placebo line up. A drummer, a new guitarist, a violinist, then the string parts. What you hear on the record is pretty much how it sounds live. There are no hidden strings or anything! I mean, if I can say it, it's possibly more epic live!





Steve: No one is pushing buttons behind the curtain. It's energetic and really powerful. That's how we wrote the songs.


ILM: As well as your own tour dates, you have a lot of festival dates lined up, including Reading and Leeds. What do you look forward to about playing a festival set?


Stefan: The thing you have to remember about festivals is that bands do not have control! So basically you're going out on stage without any soundcheck and then providing a soundtrack to a drunken picnic! People are there to have a good time. It's a weekend, you know, there are distractions. You can go and buy a tie-dye t-shirt, go on a ferris wheel, hahah, but it's brilliant. You have to go without an attitude. You go out there and hopefully attract a couple of new fans. Band's tend to just play as many singles as possible to get peoples attention, most people are just pissed!




Steve: It's a great way to get to know some really wonderful people as well, other bands and other musicians that you respect. Sometimes you end up on the same bill. So throughout the summer it's like this little village that travels around with each other. A musical summer camp!


ILM: Sounds awesome. What would be your advice to anyone wishing to follow in your footsteps?

Stefan: Being uncool is the coolest thing you can be.

Steve: Don't think it sounds so easy either...

Stefan: If you follow a trend, the trend will be over once your album comes out. Basically, the way we make records is that we don't think about who we are making the record for. We're making the record for ourselves. If you make it personal then there will be an emotional honesty. I think people are very quick to pick up on someone lying. The process of making music is very personal. Over the last six albums that we have made, it's really been about expressing what has been inside our lives. I think that's the best advice to any budding musician out there. Your truth is as good as anyone elses.

ILM: The video for For What It Worth is fantastic...

Stefan: You've seen it? It's only been out six hours! Yes! It's a performance video. We wanted to showcase the new band. We also worked with a Director that we've done quite a few videos with. Howard Greenhalgh. He did Special K, The Bitter End and Nancy Boy. So he knows our twisted sense of humour and the peverse side of what we do. Plus he has quite a healthy connection to the dark side....hahaha



ILM: What music have you been listening to recently?

Stefan: I was checking out Franz Ferdinand's latest album last night and I was pleasantly suprised. Usually I tend to shy away from all the stuff that is really popular. I put it on and I was like "Wow, it's exciting!" I raised my eyebrows! There's a lot of keyboards going on there!


Steve: I've been getting into a lot of old records that I haven't listened to for years, like my old Death Cab For Cutie records and Explosions In The Sky, one of my favourite bands of all time, the old Mogwai records and even coming back to, a bit cheeky, but the early nineties Green Day shit. Thanks to Spotify! Or Jimmy Eat World, Clarity. I think that's a really, really sweet album.



Stefan: Oh my god, Clarity! Yeah...

Steve: Take the boy out of California and all that...haha! I've been getting in touch with all that stuff. Plus Animal Collective's album. Have you heard it! God, it's stupidly good!

Stefan: It's out there...

Steve: Well duh! Yeah, but it's the most accessible record of....well...ages...!


ILM: How about gigs? Out of all the live shows you've seen, which will you never forget?

Steve: Sigur Ros. Hollywood Bowl. It was amazing. I cried. F**king amazing.


Stefan: When we first got together we went to see Explosions In The Sky at The Astoria in London, which is dying a death, which I'm really not happy about. But we saw that. It was just an electronic symphony.


Steve: It was really gorgeous.

Stefan: The dynamics they produced were pretty awe inspiring.

Steve: Yeah, the next day when we came into the studio, we had so many ideas! It was like, "Let's try this and this and this!"


Stefan: We saw Bjork together as well. With Antony Hegarty.

Steve: That was awesome as well. Plus TV on the radio.

Stefan: The thing about that show at Hammersmith Apollo was that it stank of human because people couldn't smoke. It tends to mask the smell. I was like "Steve, is that you?"


ILM: But it was just everybody....


Steve: Yeah, hahahah! We were smelling everyone else.

ILM: You mention how the Astoria dying out saddnens you and also how a music service like Spotify has led you to so much music. There's a real ongoing debate between the online music industry, the affect it has had on record labels and artists. It's a real love / hate relationship. What are your opinions on the current state of the music industry?



Stefan: Here's my thing about Spotify. The guys that founded Pirate Bay were jailed, for aiding copywrited material to be shared. So there has been a new law passed. Finally. It has taken the record industry f**king ages, ten years, to find a way to clamp down on these sites.


Steve: But the damage has been done...

Stefan: Spotify is a good alternative for people to listen to the music and hopefully pay £10 a month to listen un-interrupted, to stop people from downloading illegally. I have to look at these things positively. We're putting out records still, but in truth, I am not holding my breath on the records to keep a roof over my head. It's one of those things where we have to work around the technology. A lot of teenagers these days don't care about the physical object. That's fact. There is still something inside of me that gets angry because people seem to think that musicians work for free. You know, that going into a studio, hiring a producer, hiring an engineer and recording these songs is free. It's not. It's going to come to a point where concerts are going to become more expensive. And that's only because musicians can't make any money any other way.




ILM: So you see what happened to the guys from Pirate Bay as a positive thing?

Stefan: Oh yes, I commend the fact that the people on Pirate Bay were put to jail. Sweeds like me. But hey. It's about time. The internet is like the Wild West. It's really hard to put rules on there and control it. I'm repeating myself here, but I just want people to know that musicians don't work for free. A butcher, for example, gets paid.


ILM: Just because there are varying degrees of public awareness that go alongside certain career paths, doesn't mean you are not entitled for payment for work...

Steve: Absolutley. It's a job just like any other. We work hard. Money and time are important to us.


Stefan: It's very very difficult for new bands to actually make a living. The whole record industry is suffering. They sign artists, and they sign to the extent where the artist is basically giving away their house, their kids, they have to give away everything for a label to sign them, which is also suffocating.


ILM: Putting boundaries on a creative process.....

Steve: Yeah, so the world's next Radiohead gets shut down just before their prime because the record labels don't push them or have the funding...


Stefan: You know, in the mid nineties record companies floated on the stock market. That's when we stopped being run by music lovers and started being run by accountants and lawyers. Back in the 70's or 80's Kate Bush was signed without a record and she was developed and nurtured. Look what an amazing career she has had, you know? That doesn't happen anymore. Capitalism is, obviously, the result of personal freedom. If you work hard and fight hard you can make it. You know, born poor and die a king. And that's fine. But in some aspects, especially when it comes to our industry, it's becoming more of a business and harder, especially for new artists. Placebo, you know, we're lucky. We came out of the mid-nineties. The golden age of the CD. Signed to a label that had the Spice Girls. Which bought in a lot of cash, which helped our marketing deals and things...






ILM: No-one tried to convince you to collaborate then...

Stefan: Haha! No, no! We escaped that! Haha!



Article en français

Placebo parle à I Like Music

Formé à Londres en 1994, Placebo a maintenant terminé l'enregistrement de son sixième album Battle For The Sun. Le groupe est actuellement composé de Brian Molko, Stefan Olsdal et Steve Forrest. Avec un catalogue constitué de cinq albums studio, six EPs et vingt-sept singles, ils ont rassemblé une solide base de fans dans le monde entier.

I Like Music a rencontré Stefan Olsdal et  le nouveau membre du groupe Steve Forrest pour discuter de leur sixième album, des difficultés auxquelles ils ont été confrontés avant que Steve rejoigne le groupe et l'effet que les médias numériques a eu à la fois sur Placebo et sur l'industrie de la musique dans son ensemble .

"J'aime la musique car... elle te permet d'être tout ce que tu n'es pas censé être."
STEVE FORREST, PLACEBO

"J'aime la musique car... grâce à elle ma vie vaut la peine d'être vécue."
STEFAN OLSDAL, PLACEBO


ILM: Où se situe Battle For The Sun dans le parcours de Placebo jusqu'à maintant?

Stefan: L'album a été entièrement auto financé. Notre contrat a pris fin avec EMI avec Meds, le dernier album. Nous l'avons enregistré en Amérique du Nord, c'est la première fois que nous avons enregistré un album en dehors de l'Europe. Tous ces facteurs ont contribué à un sentiment de «tout est possible», je pense. Nous avons tendance à faire des albums en réaction à notre album précédent. Alors Meds n'est pas un mauvais album, tu vois, mais il est très sombre. Ca parle vraiment de l'auto médication. C'était le début d'un groupe qui commençait à être malade. C'était un groupe qui n'était pas en bonne santé. Les sessions d'enregistrement de Meds et la tournée ont vu la fin de Placebo Chapitre Deux.

ILM: Quand avez-vous pris conscience de cela?

Stefan: Brian et moi nous sommes retrouvés à la fin de la tournée Meds et on s'est dit: "Écoute. Ce groupe est en mauvaise posture pour parvenir à faire de plus belles choses, pour devenir un meilleur groupe." Donc ouais, les choix et les décisions ont été prises au cours des deux dernières années et je pense que Battle For the Sun est comme la naissance d'un nouveau groupe en quelque sorte. L'album est plus lumineux, avec plus d'espoir et d'optimisme. Placebo a subit de réels changements au cours des deux dernières années. Le plus évident est Steve Forrest notre nouveau membre! Il est comme un petit frère tu vois!

ILM: Alors Battle For The Sun marque le début d'un nouveau chapitre?

Stefan: Oui. L'avenir semble beaucoup plus radieux aujourd'hui qu'autrefois. Je ne me réveille plus paniqué. Je me réveille heureux de venir au travail et voir les garçons, alors qu'avant il s'agissait d'une expérience traumatisante.

ILM: Ces changements ont-ils affecté la manière dont Placebo fait de la musique?

Stefan: Absolument. Je pense que nous avons trouvé une complicité créative. On était dans une situation où on pouvait entrer dans la salle de répétition sans qu'il y ait de tension. Brian et moi étions habitués à entrer dans un studio à l'atmosphère tendue pendant si longtemps. Il y avait un sentiment de liberté.

ILM: Battle For The Sun utilise à la fois des cordes et des cuivres. Comment allez-vous intégrer ces éléments sur scène? A quoi pouvons-nous nous attendre en venant voir Placebo cet été?

Stefan: Quand le groupe a commencé en 1996, on était trois. Maintenant, on est six sur scène. Donc, en gros nous avons doublé de taille! Lorsque nous sommes dans le studio d'enregistrement, on ne pense pas à comment on va faire pour jouer les chansons sur scène. On enregistre des chansons. On ne se donne pas de limite, tu vois? C'est sur Meds que nous avons commencé à utiliser des cordes. Nous avons décidé de poursuivre  dans cette voie avec Battle For The Sun, plus l'ajout de cors. Nous avons tendance à nous compliquer la vie avec chaque album! Ca nous a conduit à avoir six personnes sur scène. C'est un nouveau line-up pour Placebo. Un batteur, un nouveau guitariste, une violoniste, et la partie cordes. Ce que vous entendez sur le disque sonne à peu près comment ça en live. Il n'y a pas de cordes cachées ou quoi que ce soit! Je veux dire, on peut dire que c'est peut-être plus épique en live!

Steve: Personne n'appuie sur des boutons derrière le rideau. C'est plein d'énergie et très puissant. C'est comme ça que nous avons écrit ces chansons.

ILM: En plus de vos propres dates de la tournée, vous êtes à l'affiche de beaucoup de festivals, y compris Reading et Leeds. Qu'attendez-vous avec impatience dans le fait de jouer dans un festival?

Stefan: Le truc à retenir à propos des festivals c'est que les groupes n'ont aucun contrôle! Donc, en gros vous montez sur scène sans faire de balances et vous délivrer une bande son pour des gens ivres qui pique-niquent. Les gens sont là pour passer un bon moment. C'est un week-end, tu sais, il y a des distractions. Tu peux aller acheter un t-shirt bariolé, monter sur une grande roue, hahah, mais c'est génial. Tu dois y aller sans faire de manières. Tu y vas et avec un peu de chance tu attires quelques nouveaux fans. Les groupes ont tendance à tout simplement jouer le plus grand nombre de singles possible pour attirer l'attention des gens, la plupart des gens sont juste bourrés!

Steve: C'est aussi un excellent moyen de faire connaissance avec des gens merveilleux, d'autres groupes et d'autres musiciens que tu respectes. Parfois, tu te retrouves sur la même affiche. Alors, tout au long de l'été, c'est comme  être les uns avec les autres dans un petit village qui se déplace. Un camp d'été dédié à la musique!

ILM: Ca l'air génial. Quels conseils donneriez-vous à tous ceux qui voudrait suivre vos traces?

Stefan: Ne pas suivre le mouvement est le plus cool que tu puisses être.

Steve: N'allez pas imaginer que c'est facile d'ailleurs ...

Stefan: Si tu suis une tendance, cette tendance sera dépassée  une fois ton album sorti. En gros, on fait nos albums sans penser à ceux pour qui on fait nos albums. On fait nos albums pour nous-mêmes. Si tu fais quelque chose de personnel, il y aura une émotion sincère. Je pense que les gens se rendent compte très rapidement quand quelqu'un ment. Faire de la musique est très personnel. Sur les six derniers albums que nous avons fait, on a vraiment exprimé ce qui se passait dans nos vies. Je pense que c'est le meilleur conseil pour tout musicien en herbe. Votre vérité vaut celle de n'importe qui.

ILM: La vidéo de For What It's Worth est fantastique ...

Stefan: Tu l'as vu? Ca fait seulement six heures qu'elle est sortie ! Oui!  Il s'agit d'une performance vidéo. Nous avons voulu présenter le nouveau groupe. Nous avons également travaillé avec un réalisateur avec lequel nous avons fait pas mal de vidéos. Howard Greenhalgh. Il a fait Special K, The Bitter End et Nancy Boy. Alors il connaît notre sens de l'humour tordu et le coté pevers de ce que nous faisons. En plus il a un rapport plutôt sain avec le côté sombre .... hahaha

ILM: Quelle musique avez-vous écouté récemment?

Stefan: J'écoutais le dernier album des Franz Ferdinand la nuit dernière et j'ai été agréablement surpris. D'habitude j'ai tendance à me détourner de tout ce qui est vraiment populaire. Je l'ai mis et j'étais genre "Wow, c'est excitant!" J'ai froncé les sourcils! Il ya beaucoup de claviers dessus!

Steve: Je me suis plongé dans un stock de vieux albums que je n'ai pas écouté depuis des années, comme mes vieux  albums de Death Cab For Cutie et Explosions In The Sky, un de mes groupes préférés de tous les temps, les anciens albums de Mogwai et je suis même revenu aux trucs du début des années 90 de Green Day. Grâce à Spotify! Ou Jimmy Eat World, Clarity. Je pense que c'est un album vraiment très très agréable.

Stefan: Oh mon dieu, Clarity! Ouais ...

Steve: Sortir le garçon de Californie et tout ça ... haha! J'ai été en contact avec tous ces trucs. Plus l'album d'Animal Collective. Vous l'avez écoutez ! Mon dieu il est incroyablement bien!

Stefan: Il est un peu space ...

Steve: Et bien duh! Ouais, mais c'est l'album le plus accessible depuis.. et bien... des lustres...!

ILM: Et les concerts? Parmi tous les concerts que vous avez vu, quels sont ceux que vous n'oublierez jamais?


Steve: Sigur Ros. Hollywood Bowl. C'était  incroyable. J'ai pleuré. Foutrement incroyable.

Stefan: Quand on s'est retrouvé la première fois nous sommes allés voir Explosions In The Sky à l'Astoria à Londres, qui se dégrade de plus en plus, ce qui me contrarie. Mais nous sommes allé voir ça. C'était juste une symphonie électronique.

Steve: C'était vraiment superbe.

Stefan: La dynamique qu'ils ont créée étaient grandiose.

Steve: Oui, le lendemain, lorsque nous sommes arrivés au studio, nous avions tellement d'idées! C'etait comme, "Essayons ça, ceci et cela!"

Stefan: Nous avons vu ensemble Bjork aussi. Avec Antony Hegarty.

Steve: C'était génial aussi. Et TV on the radio.

Stefan: Le truc avec ce concert au Hammersmith Apollo c'est que ça puait les odeurs corporelles, parce que les gens ne pouvaient pas fumer. Ca tend à masquer l'odeur. J'étais genre "Steve, c'est toi?"

ILM: Mais c'était  juste tout le monde....

Steve: Ouais, hahahah! On sentait l'odeur tout le monde.

ILM: Vous mentionnez le fait que la dégradation de l'Astoria vous attriste et aussi la manière dont un service de musique comme Spotify vous a permis d'accéder à tant de musique. Il y a un véritable débat en cours sur l'industrie de la musique en ligne, l'effet qu'elle a eu sur les labels et les artistes. Il s'agit d'une véritable  histoire d'amour et de haine. Quelle est votre opinion sur l'état actuel de l'industrie de la musique?

Stefan: Voilà ce que je pense de Spotify. Les gars qui ont fondé Pirate Bay ont été mis en prison, pour avoir aidé à partager du matériel sous copyright. Il y a donc eu une nouvelle loi. Enfin. Ca a pris un temps fou à l'industrie du disque, dix ans, pour trouver un moyen de mettre un frein à ces sites.

Steve: Mais le mal est fait ...

Stefan: Spotify est une bonne alternative pour que les gens écoutent de  la musique et payent heureusement 10 £ par mois pour écouter en illimité, pour empêcher les gens de télécharger illégalement. Je dois regarder ces choses avec positivisme. On sort encore des albums, mais en vérité, je ne compte pas sur les albums pour garder un toit au-dessus de ma tête. C'est un de ces domaines dans lequel on doit travailler autour de la technologie. Un grand nombre d'adolescents ces jours-ci ne se soucient pas de l'objet physique. C'est un fait. Il y a  encore de la colère en moi parce que les gens semblent penser que les musiciens travaillent gratuitement. Tu sais, que le fait d'aller dans un studio, embaucher un producteur, embaucher un ingénieur et enregistrer ces chansons est gratuit. Ca ne l'est pas. Il va arriver un moment où les concerts vont devenir plus chers. Et c'est seulement parce que les musiciens ne peuvent pas faire de l'argent autrement.

ILM: Donc, vous considérer ce qui est arrivé aux gars de Pirate Bay comme une chose positive?

Stefan: Oh oui, j'applaudis le fait que les gens de Pirate Bay ont été mis en prison. Les suédois comme moi. Mais bon. Il était temps. Internet c'est comme le Far West. C'est vraiment difficile de mettre des règles en place et de le contrôler. Je me répéte là, mais je veux que les gens sachent que les musiciens ne travaillent pas gratuitement. Un boucher, par exemple, est payé.

ILM: Juste parce que que certaines carrières bénéficient de divers degrés de reconnaissance par le public ne signifient pas que vous ne méritez d'être payé pour travailler...

Steve: Absolument. C'est un travail comme un autre. Nous travaillons dur. L'argent et le temps sont importants pour nous.

Stefan: C'est très très difficile pour les nouveaux groupes de vivre de ce qu'ils font. L'industrie du disque dans son ensemble est en souffrance. Ils signent des artistes, et signent dans une telle mesure qu'en gros l'artiste abandonne sa maison, ses enfants, ils doivent tout abandonner pour qu'un label les signe, ce qui est aussi étouffant.

ILM: Mettre des limites sur un processus de création .....

Steve: Ouais, donc les prochains Radiohead se voit fermer les portes juste avant de commencer parce que les labels ne sont pas derrière eux où ne peuvent pas les financer ...

Stefan: Tu sais, dans le milieu des années quatre-vingt-dix les maisons de disques surfaient sur le marché boursier. C'est là que nous avons cessé d'être gérés par des amoureux de la musique et qu'on a commencé à être géré par des comptables et des avocats. Dans les années 70 ou 80, Kate Bush a été signé sans album, et ils lui ont permis d'évoluer et d'être entretenue. Regarde l'incroyable carrière qu'elle a eut, tu vois ? Ca n'arrive plus. Le capitalisme est, apparemment, le résultat de la liberté personnelle. Si tu travailles dur et que tu te bats tu peux t'en sortir. Tu sais, naître pauvre et mourir roi. Et c'est bien. Mais par certains aspects, en particulier quand il s'agit de notre industrie, c'est de plus en plus du business et et de plus en plus difficile, surtout pour les nouveaux artistes. Placebo, tu vois, nous sommes chanceux. Nous sommes arrivés au milieu des années quatre-vingt-dix. L'âge d'or du  CD. Signé par un label qui possède les Spice Girls. Qui ont rapporté beaucoup d'argent ce qui nous a aidé pour nos contrat smarketing et d'autres trucs ...

ILM: Personne n'a essayé de vous convaincre de collaborer alors ...

Stefan: Haha! Non, non! Nous avons échappé à ça! Haha!

Stefan Olsdal
, Steve Forrest, ilikemusic.com, mai 2009


Source : www.ilikemusic.com



Retour Presse

PLACEBO de A à Z

ACCUEIL

Partager cet article

Commenter cet article

Violette 19/05/2009 19:31

Moi ça me fait halluciner de voir comment Stef parle de l'enregistrement de meds "une expérience traumatisante", c'est dingue d'avoir eu l'air aussi enjoué et enchanté par l'album à la sortie de meds, je me demande ce qu'on va entendre à la sortie du prochain album (après Battle For The Sun je veux dire).

Placebo, Paroles et traductions 20/05/2009 12:38


Entièrement d'accord avec toi Violette. Perso je sais que depuis la tournée SWG il y avait des problèmes importants dans le groupe, mais rien ne laissait transparaitre après Meds que cela
perdurait. 
Je comprends aussi qu'on ne peut pas faire une promo en racontant "ouais on s'engueule tout le temps, de toute façon on se piffre plus". Mais bon, on sait bien que toutes les déclarations du groupe
durant une promo sont à prendre avec des pincettes d'un mètre de long. Meds était leur meilleur album, le producteur était génial car c'était un ami ça ne s'est jamais aussi bien passé blablabla...
On se souvient tous de cela. On entend aujourd'hui le contraire, c'est une habitude chez Placebo, ils nous refont le coup à chaque fois (le pire c'est qu'à la sortie de Meds, on imaginait déjà ce
qu'ils diraient à la sortie de l'album suivant. Au moins, sur ce point ils ne nous ont pas déçu, c'est encore mieux que ce qu'on imaginait  )

Nad 


admb 18/05/2009 16:26

Merci. Décidemment, je préfère les interviews sans Brian, elles sont plus intéressantes. J'adore la vision des festivals par Steve, on sent vraiment qu'il est encore tout frais et c'est agréable. Et j'aime aussi le fait qu'ils aillent voir des concerts ensemble. Quant à leur point de vue sur l'industrie musicale, il a l'avantage de ne pas être hypocrite. De toute manière la question est tellement compliquée qu'on peut argumenter dans un sens comme dans l'autre avec autant de bon sens.

Placebo, Paroles et traductions 18/05/2009 17:54


Moi ce que j'adore, c'est Steve qui voit les festivals comme une colonie de vacances et Stef qui voit ça comme un ramassi de gens bourrés qui n'en n'ont pas grand chose à faire de la musique
.

Pam

____________________________________


Surtout qu'il est pas réaliste pour un sou le Stefan.
C'est n'importe quoi: vu le prix des billets des grands festivals de l'été, je doute très très sérieusement que les gens y aillent pour pique niquer et qu'ils s'en foutent de la musique.
Faut pas déconner, c'est loin d'être le bal des pompiers. On est plus à l'époque woodstock, on voit bien que pour chaque festival il y a une foule monstre devant les scènes. Ce qui est normal,
parce que sinon 175£ le pique-nique pour Leeds ou Reading par exemple, ça fait cher payé le bout de pelouse boueuse.


Je ne parle même pas de son discours sur "les années 90 l'âge d'or du cd etc... Il est mignon Stefan de nous dire que pour vivre décemment il doit nous faire cracher 50€ la place de concert et
d'incriminer uniquement le piratage. Bien sûr que le piratage ne doit pas être encouragé, mais il sait mieux que quiconque que l'industrie du disque et certains artistes ont été habitués à prendre
des marges énormissimes. Quand on compare le coût (tout compris) d'un cd et son prix de vente, on se demande ce qui justifie une telle marge! Pire encore lorsqu'il s'agit de téléchargement légal
(1€ le morceau sans support, sans logistique ni distribution, c'est l'arnaque du siècle). Ca aussi, ça a un peu aidé à encourager les pratiques actuelles.
Je doute que ces gens là (dont lui) aient du mal à boucler les fins de mois. Et si pour l'industrie les années 90 ont été un âge d'or, ça n'a pas été le cas pour tout le monde. Les indés n'ont pas
eu la vie facile à cette époque là. 

Nad